Open source

Microsoft fait un nouveau bond vers les logiciels libres et ouvre 60’000 de ses brevets à l’OIN

| mise à jour

Microsoft rejoint l'Open Invention Network, communauté de défense de Linux et des logiciels libres. Une nouvelle initiative de l’entreprise de Satya Nadella vers l’open source qui veut faire oublier le passé tumultueux entre l’éditeur de Windows et la communauté du logiciel libre.

(Source: zVg)
(Source: zVg)

Le virage vers le libre initié par Microsoft depuis l’arrivée à sa tête de Satya Nadella début 2014 est toujours plus ample. Après avoir porté SQL Server sur Linux puis rejoint la Fondation Linux en 2016, après avoir publié le code de PowerShell en open source et racheté la plateforme Git Hub, l’entreprise de Redmond vient d’annoncer son adhésion à l'Open Invention Network (OIN), une communauté dédiée à la protection de Linux et autres logiciels open source face aux attaques relatives à la propriété intellectuelle.

Dans le billet de blog mis en ligne le 10 octobre et expliquant cette décision, Erich Andersen Vice-président et avocat général adjoint de Microsoft ne fait pas fi du passé: «ce n'est un secret pour personne qu'il y a eu des frictions dans le passé entre Microsoft et la communauté open source sur la question des brevets.» Mais le dirigeant affirme que désormais l’éditeur de Windows est «fermement engagé envers Linux et les autres programmes open source.»

Comme gage de cet engagement, Microsoft ouvre «plus de 60 000 brevets» à l’organisation de défense des logiciels libres qui fournit une plateforme de licences à plus de 2’650 entreprises dans le monde. «Par sa participation à OIN, Microsoft reconnaît explicitement l'importance des logiciels libres pour sa croissance future», a réagit Keith Bergelt, PDG de Open Invention Network, dans un communiqué. Les brevets détenus par Open Invention Network sont libres de redevances pour toute organisation qui accepte de ne pas faire valoir ses brevets contre le système Linux. La semaine dernière, Microsoft avait déjà rejoint Google, Facebook, Amazon, Tesla, Alibaba et bien d’autres dans le LOT Network, un groupe de lutte contre les chasseurs de brevets (patent trolls).

Webcode
DPF8_110909