Transition en douceur

L’IPv6 en passe de devenir réalité

| mise à jour
par tanias

A un peu moins d’un mois de la journée mondiale de lancement d’IPv6, qui se déroulera le 6 juin 2012, Silvia Hagen, présidente du Swiss IPv6 Council, nous explique l’importance de cet événement.

Le Swiss IPv6 Council se lance sur la route de l'IPv6
Le Swiss IPv6 Council se lance sur la route de l'IPv6

Quelle est la différence entre l’IPv6 Day de 2011 et l’IPv6 World Launch Day de cette année?

L’an dernier, l’IPv6 Day était une journée de tests, durant laquelle une partie d’internet s’était transformé en terrain d’expérimentation grandeur nature afin d’identifier les éventuelles difficultés liées à l’introduction du protocole IPv6. Ces tests ont permis d’identifier quelques problèmes à résoudre, et ont notamment donné lieu à la mise au point de la spécification Happy Eyeballs qui permet d’établir deux connexions simultanées, une sur IPv4 et l’autre sur IPv6, pour ensuite choisir celle qui sera la meilleure pour poursuivre, garantissant de fait que la connexion la meilleure est automatiquement sélectionnée. Ceci permet d’assurer une bonne expérience utilisateur en tout cas. Cette année, il ne s’agit plus seulement de tests, mais d’un passage concret à IPv6. De nombreuses entreprises sont prêtes, dont les quatre sites les plus visités au monde – Google, Facebook, Youtube et Yahoo. En Suisse, des sites comme Search.ch, Switch.ch  et Green.ch font également partie des participants officiels au IPv6 Launch Day.

Quel est à votre connaissance le niveau de préparation des entreprises suisses en matière d’IPv6?

De nombreuses entreprises ont désormais compris la nécessité de passer du protocole IPv4 à IPv6 et ont entrepris des démarches concrètes en ce sens. Selon une étude dont nous venons de recevoir les résultats préliminaires, plus de 50% des fournisseurs internet suisses sont prêts ou le seront d’ici le 6 juin. Toutefois, il faut préciser que pour un fournisseur ou une entreprise de taille importante, la transition ne peut pas s’effectuer du jour au lendemain. En tenant compte des phases de planification, de validation interne et de mise en œuvre, nous estimons qu’il faut entre trois et cinq ans pour une transition complète. A ma connaissance, différentes administrations cantonales, l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication, ainsi que des grandes entreprises publiques comme la Poste Suisse et les CFF travaillent activement à cette transition. Swisscom joue également un rôle de précurseur en matière d’IPv6. Selon mes informations, Swisscom serait d’ailleurs prêt à faire passer plusieurs dizaines de milliers de foyers suisses sur IPv6 lors de la journée mondiale de lancement du 6 juin. Cela signifie que tous ces  foyers communiqueront dès lors directement avec des sites aussi populaires que Google et Facebook en IPv6, ce qui devrait contribuer à une croissance très rapide du trafic IPv6.

Quels sont vos conseils pour les entreprises qui s’apprêtent à faire le pas?

Tout d’abord, il importe de se rendre compte de la nécessité d’effectuer la transition. Deuxièmement, il importe de bien planifier cette transition en tenant compte d’un délai de plusieurs années pour une implémentation complète. Pour les grands fournisseurs, il est essentiel de tenir compte des cycles de vie du matériel comme les backbones par exemple: autant profiter d’un changement nécessaire de ce matériel pour passer en IPv6 afin d’éviter tout coût superflu. Il faut également souligner que pour les petites entreprises, comme les agences web de dix ou vingt collaborateurs, la transition s’effectue relativement aisément. Je leur conseille de migrer tout d’abord leur site web, puis leur serveur mail. Il est toutefois nécessaire de proposer ses sites web externes en mode dual-stack (double pile) pour s’assurer que tous les utilisateurs y ont accès, les protocoles IPv4 et IPv6 ne pouvant pas communiquer entre eux.

Selon vous, combien de temps faudra-t-il pour que l’ensemble du trafic internet se fasse en IPv6?

Je pense que dans vingt ans certaines petites entreprises fonctionneront encore en IPv4, tout comme certains travaillent encore sous Windows 2000. Néanmoins, de manière générale j’estime que le mouvement va désormais rapidement s’accélérer et que d’ici 2 à 3 ans la majorité du trafic internet se fera en IPv6.

Le Swiss IPv6 Council a pour mission de promouvoir cette transition. En quoi consistent vos principales activités ?

Nous fonctionnons essentiellement comme une plateforme d’échange d’informations, et nous organisons régulièrement des événements d’informations pour nos membres. Nous organisons d’ailleurs ce jeudi 10 mai un événement à Lausanne. A cette occasion, Swisscom et Sunrise viendront expliquer comment ils ont implémenté IPv6 dans leurs différents services. En outre, nous aurons le plaisir d’accueillir un expert mondialement connu dans les solutions DNS DHCP et IPAM, Cricket Liu, qui viendra présenter les grandes étapes d’une transition d’IPv4 à IPv6. Les inscriptions sont encore possibles (voir lien ci-contre).

Kommentare

« Plus