Interview One.Thing.Less

«Nous voulons aider les entreprises à gagner la confiance des consommateurs»

| mise à jour

L’app suisse One.Thing.Less surfe sur la vague du RGPD en permettant aux particuliers de prendre le contrôle de l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles par une soixantaine de grandes entreprises. Les précisions du fondateur et CEO James Aschberger.

James Aschberger, fondateur et CEO de la start-up One.Thing.Less. (Source: One.Thing.Less)
James Aschberger, fondateur et CEO de la start-up One.Thing.Less. (Source: One.Thing.Less)

Expliquez-nous l’intérêt de votre application mobile One.Thing.Less?

Alors qu’avec le RGPD, les entreprises sont obnubilées par la nécessité de se conformer au règlement, finalement peu se mettent à la place des utilisateurs. Notre application m’apparaît en ce sens unique car orientée en direction des consommateurs, qui disposent ainsi d’un outil gratuit et simple pour prendre le contrôle de l’utilisation qui est faite de leurs données. One.Thing.Less leur évite de passer des heures à chercher les contacts pertinents et leur épargne la lecture fastidieuse des politiques de confidentialité des entreprises. Ces pages sont souvent fort complexes, alors que les sept questions types que l’app envoie aux entreprises au nom des utilisateurs suffisent à couvrir les éléments clés du RGPD. Pour imaginer ces questions et gérer la dimension légale de nos services, nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur un spécialiste en la matière. Avocat de l'étude zurichoise Lenz & Staehelin, Lukas Morscher est le vice-président de notre start-up et apporte des connaissances précieuses sur la façon dont les grandes entreprises gèrent les problématiques liées aux régulations en matière de protection de données.

Quelques jours après son lancement, comment est accueillie l’application?

L’intérêt de la part du public dépasse nettement nos attentes. Et des entreprises nous ont déjà contactés. C’est particulièrement réjouissant étant donné que nous n’avons pas dépensé un centime en marketing. Plusieurs des très grandes compagnies listées par l’app ont désiré savoir comment collaborer avec nous après avoir reçu les premières requêtes provenant de leurs propres clients.

Quelles entreprises peuvent déjà être contactées via l’app et comment les avez-vous choisies?

Dans un premier temps, il s’agit de grandes entreprises qui selon nous ont d’importantes responsabilités vis-à-vis des données qu’elles traitent et qui tiennent un rôle prégnant dans le quotidien des consommateurs. Dès son lancement, l’app permettait déjà d’envoyer des requêtes à une soixantaine de sociétés. Dont le groupe hôtelier Accor, Adidas, Airbnb, Amazon, Booking.com, Daimler, Easyjet, IKEA, Lufthansa, Netflix, Salesforce, Samsung, Spotify, Tinder ou encore Zalando. Notre mission consistant avant tout à nous mettre au service des individus, nous les invitons aussi à suggérer via l’app des entreprises à lister.

Un seul représentant des Gafam est pour l’heure intégré. Pourquoi?

Nous avons l'intention d'offrir la possibilité de contacter certaines des plus grandes entreprises de technologie via One.Thing.Less, et nous travaillons dur pour que cela se fasse plus tôt que tard. Nos premiers contacts avec certaines d'entre elles n’avaient d’abord suscité aucune réaction. Mais maintenant des discussions ont été entamées. Je tiens à préciser qu’on ne se considère pas comme des activistes en lutte contre les entreprises. Au contraire, notre vision consiste à les aider à gagner la confiance des consommateurs. L’idée est donc aussi que notre plateforme se profile comme un service aux entreprises.

Qu’est-ce que les entreprises auraient à gagner à passer par votre plateforme?

Pour être conformes au RGPD, les entreprises doivent trouver un moyen de répondre rapidement aux requêtes liées aux données personnelles et une partie de cette procédure est automatisable. Nous souhaitons également proposer des API se connectant aux bases de données pour générer des réponses automatiques. Une semblable automatisation pourra aussi être mise en place à l’aide d’API créées par les firmes. Les entreprises auront un avantage compétitif en termes de réputation, parce que faire appel à notre service les assurera que les utilisateurs recevront les informations souhaitées en moins de 15 minutes.

Une app suisse veut faciliter les requêtes de données personnelles

Webcode
DPF8_94948