Assistants vocaux

60% des Suisses veulent utiliser une enceinte vocale pour faire des achats

| mise à jour

Plus d’un tiers des Suisses font aujourd’hui appel à des fonctions vocales sur mobile ou desktop. Une proportion qui devrait doubler ces douze prochains mois révèle une étude, qui souligne aussi l’attrait des Suisses pour le commerce vocal.

(Source: Amazon)
(Source: Amazon)

Presque personne en Suisse n’utilise aujourd’hui des enceintes vocales de type Amazon Echo ou Google Home. Mais l’attrait pour les interfaces vocales existe bel et bien, indique une étude sur la question menée par l'Université de Lucerne et l'agence Farner. Plus d’un tiers des Suisses se servent déjà de fonctions de commande vocale et cette proportion devrait presque doubler sur un an, même si des freins à l’adoption sont mentionnés (dont la crainte d’être espionné en permanence).

La plupart du temps, les interfaces vocales sont utilisées via smartphone, le plus souvent avec l’assistant numérique Siri, mais aussi avec les apps Google Search, Google Maps et YouTube. Sur desktop, Google Search est beaucoup plus utilisé que Siri. La majorité des Suisses utilisent les fonctions de commandes vocales en vue de rechercher des informations. La navigation web étant le deuxième cas d’utilisation le plus fréquent.

Bien que seulement 1% des Suisses utilisent pour l’heure une enceinte intelligente, leur adoption devrait bondir. Rappelons que pour l’heure, les modèles des fabricants leader ne sont officiellement pas distribués en Suisse. 60% des personnes interrogées voudraient s’en servir pour faire des achats.

Un peu plus d’un quart des Suisses ont déjà fait l’expérience du commerce vocal. Même si l’attrait de ce mode d’achat est remis en question pas certains spécialistes, un quart des utilisateurs actuels d’interfaces vocales en Suisse veulent à l’avenir effectuer des commandes de routine via une enceinte intelligente ou un assistant numérique.

Professeur de marketing à l'Université de Lucerne, Reto Hofstetter se dit surpris de la vitesse à laquelle le passage du Mobile-First au Voice-First se produit en Suisse également: «Nous déléguons encore plus de responsabilités à la technologie et aux algorithmes qui nous libèrent de certaines tâches et nous proposent les offres d’achat les plus avantageuses. Bien que l'interaction avec les clients soit plus numérique que jamais, elle retrouve son caractère naturel.»

>> A lire, nos autres articles récents sur les enceintes connectées et assistants vocaux:

Tags
Webcode
DPF8_119058