automatisation

Chez UBS, 1’500 robots doivent transformer les employés en «surhumains»

| mise à jour

UBS met le paquet sur l’automatisation des tâches répétitives et assure que la RPA promeut ses employés plus qu’elle ne les menace.

(Source: UBS)
(Source: UBS)

Prendre le meilleur de l’humain et le meilleur de la machine pour créer des équipes «surhumaines» capables de gérer «l'augmentation des volumes de transactions [et] la demande croissante des clients». C’est l’ambition affichée cette semaine par Chris Gelvin, responsable des opérations d'UBS lors d'une table ronde avec les médias. Pour cela, la banque s’est lancée tête baissée dans la robotic process automation (RPA) avec 1’000 robots déjà déployés, essentiellement dans son service des opérations, et 500 nouveaux qui devraient être opérationnels d’ici la fin de cette année. L’objectif est clair: réduire de 10% les processus manuels en automatisant au maximum les tâches répétitives comme la conversion des données non structurées (emails, courriers) en data utilisables, les paiements, la détection d’anomalie et de fraudes...

Course à l’automatisation

«Les machines sont vraiment douées pour travailler sur d'énormes quantités de données, les analyser, trouver des modèles et des corrélations. Les humains sont vraiment doués pour interpréter les résultats, trouver la meilleure solution pour nos clients et fournir le bon service», justifie le dirigeant dans des propos rapportés par Business Insider. Chris Gelvin a ensuite balayé d’un revers de la main une question sur les potentielles réductions d’effectifs liées à l’arrivée de ces robots en assurant que 2’350 collaborateurs de la banque ont été formés, soit pour concevoir ces bots, soit pour travailler à leur côté. «Nous devons nous assurer que notre personnel se concentre sur les problèmes les plus complexes, car c'est ce à quoi s'attendent nos clients», a-t-il déclaré. Avec son armée de robots déjà au travail, UBS semble prendre la tête dans la course à l’automatisation qui se joue dans le secteur bancaire suisse. En décembre 2017, Crédit Suisse annonçait vouloir disposer de 350 à 400 robots actifs d’ici fin 2019.

Webcode
DPF8_126177