Les Suisses et leur smartphone

Est-ce le travail qui grignote la vie privée, ou l’inverse?

| mise à jour

Deux-tiers des Suisses utilisent leur smartphone pour répondre à des sollicitations professionnelles durant leur temps libre… et inversement. La technologie a définitivement cassé la barrière entre travail et vie privée et pour les entreprises c’est autant une aubaine qu’un danger.

Ce jeune homme est sans doute en train de travailler (Source: Mooshny / shutterstock.com)
Ce jeune homme est sans doute en train de travailler (Source: Mooshny / shutterstock.com)

Notre smartphone toujours à portée de main efface de plus en plus la frontière qui séparait la vie privée des activités professionnelles révèle le Mobile Consumer Survey 2018 dont Deloitte a publié les premiers résultats. Et le phénomène est à double sens. Ainsi, 68% des Suisses déclarent utiliser leur smartphone pour des motifs professionnels pendant leurs loisirs, mais, dans le même temps, plus de 8 personnes interrogées sur 10 s’en servent pour des raisons personnelles pendant les heures de travail.

L’analyse des réponses des 1’000 sondés a poussé le cabinet de conseil à séparer la population en quatre catégories: les deux tiers ont définitivement accepté l’interpénétration des deux sphères, un quart utilisent leur téléphone pour des raisons personnels au travail, 1 personne sur 10 continue de séparer strictement ce qui est du domaine professionnel de ce qui ne l’est pas et 6% travaillent à travers leur portable durant leur temps libre sans jamais faire l’inverse.

Ce travail réalisé sur le temps de pause passe principalement par les emails, les conversations téléphoniques, la gestion de rendez-vous ou les échanges avec des collègues ou des clients via les outils de messagerie instantanée.

Même si les auteurs de l’étude mentionnent «les risques individuels que la flexibilisation du travail entraîne pour les collaborateurs» et invitent les employeurs à «sensibiliser les employés et mettre en place des règles si nécessaire», ils considèrent surtout que les entreprises devraient utiliser les technologies disponibles à travers les smartphones «pour réduire leurs coûts et rester compétitives.» «Les solutions mobiles permettent de profiter des avantages que la digitalisation offre au monde du travail. En particulier, elles peuvent améliorer la compétitivité et la productivité, et aider à garder les emplois en Suisse», indique ainsi Bjørnar Jensen, Associé responsable Consulting chez Deloitte Suisse.

Enfin, le cabinet de conseil suggère aux entreprises d’investir dans la cybersécurité, notamment pour circonscrire le périmètre de partage de certaines données sensibles à l’heure des communications sans frontières géographiques ni temporelles.

Webcode
DPF8_122203