Contrat géant

Outil collaboratif: Nestlé équipe 210'000 employés de Workplace by Facebook

| mise à jour

Mark (Zuckerberg) qui rit, Marc (Benioff) qui pleure. Alors qu'il utilisait depuis 2013 Chatter de Salesforce, le géant suisse de l’agroalimentaire Nestlé a choisi de se doter de Workplace, le réseau social d'entreprise Made in Facebook. Un contrat mondial qui implique 210’000 collaborateurs.

(Source: Facebook)
(Source: Facebook)

Voilà une news qui doit mettre du baume au coeur d'un Mark Zuckerberg englués dans les scandales. Le leader mondial de l’agroalimentaire Nestlé a en effet décidé de se doter d'un nouveau réseau social d’entreprise pour 210’000 de ses collaborateurs: La solution Workplace de Facebook, vraisemblablement en lieu et place de Chatter, édité par Salesforce. Après un processus de déploiement qui a duré neuf mois (et qui se poursuivra sur 2019), la plupart des employés travaillant pour les 2’000 marques du géant suisse sont désormais sur la nouvelle plateforme, explique Nestlé dans un communiqué.

Un taux d’engagement multiplié par 25

Et les effets de cette migration se font déjà sentir: «L'engagement interne est plus élevé et les réponses plus rapides. Les gens expérimentent et collaborent davantage, tout en partageant des informations et des idées.» L’industriel affirme que sur les premiers marchés sur lesquels l’outil a été adopté (Mexique, Brésil, Moyen-Orient et Afrique du Sud), le taux d’engagement par publication s’est vu multiplié par 25 et le taux d’utilisation mobile a explosé. Dans un billet de blog, Facebook a d’ailleurs profité de ce contrat pharaonique pour vanter les atouts de sa solution «intuitive, mobile first et capable de s’intégrer directement à plus de 50 applications.»

En 2013, le CEO de Salesforce Marc Benioff avait qualifié le contrat gagné avec Nestlé pour sa solution collaborative «de plus gros déploiement de Chatter jamais réalisé.» Cinq ans plus tard, Chatter serait donc out. En revanche les autres outils de collaboration et de productivité (Sharepoint, Yammer et Microsoft Teams) continueront à être utilisés a confié un porte-parole de Nestlé à Computerworld.

Responsabiliser les collaborateurs

Interrogé par le magazine américain, un analyste du cabinet de conseil IDC voit de ce contrat d’ampleur mondial un marqueur qui «souligne la simplicité d'utilisation de Workplace, ses fortes capacités vidéo et ses fonctions de traduction en ligne facilitant les communications entre les régions.» Nestlé a en effet cité comme avantages compétitifs les possibilités pour tous ses employés d’échanger à travers des vidéos en direct et pour ses équipes commerciales «d’utiliser Workplace pour leurs enregistrements quotidiens et le partage d’informations et de bonnes pratiques.» Une densification des interactions entre les employés qui s’inscrit dans la volonté affichée de l’industriel de «responsabiliser ses collaborateurs» et de leur offrir «des environnements de travail plus flexibles.»

Webcode
DPF8_121213