Big deal

IBM rachète Red Hat pour 34 milliards de dollars

| mise à jour

Avec l’objectif de se positionner comme leader sur le marché des infrastructures de cloud hybride, IBM va racheter l’éditeur open source Red Hat pour environ 34 milliards de dollars.

James M. Whitehurst (à gauche), CEO de Red Hat, et Ginni Rometty,CEO d'IBM. (Source: IBM)
James M. Whitehurst (à gauche), CEO de Red Hat, et Ginni Rometty,CEO d'IBM. (Source: IBM)

IBM a annoncé l’acquisition de l’éditeur open source Red Hat, pour environ 34 milliards de dollars. Il s’agit de la plus grosse acquisition de l'histoire sur le segment des logiciels et de la troisième sur le secteur de la tech, la première étant le rachat d'EMC par Dell (67 milliards de dollars). Il est prévu que Red Hat fonctionne comme une unité indépendante au sein de la division Hybrid Cloud d'IBM. L’opération devrait être bouclée au cours du second semestre 2019. L’acquisition de Red Hat par IBM survient alors que les deux sociétés ont récemment publié des résultats financiers décevants. Les revenus des divisions Technology Services et Cloud Platforms de Big Blue affichant un recul de 2% sur l’année.

Suite à cette acquisition, IBM se positionnera comme leader sur le marché des infrastructures de cloud hybride et convoite explicitement les 80% de charges de travail que les entreprises n'ont pas encore migré vers le cloud. Selon IBM, l’adoption du cloud est freinée par le fait que les fournisseurs leaders du marché (Amazon Web Services, Microsoft Azure) proposent des technologies propriétaires. En faisant l’acquisition de Red Hat, IBM mise de son côté sur l’open source. Les deux entreprises collaborent dans l’open source depuis déjà une vingtaine d’années. En acquérant Red Hat, IBM s’inscrit aussi dans une tendance qui voit l’open source prendre du galon, suite aux rachats de Mulesoft par Salesforce ou de GitHub par Microsoft.

Popularité d’OpenStack

Red Hat édite la distribution la plus populaire d’OpenStack, ensemble d’outils open source permettant de créer et de gérer des clouds privés ou public. Avec la plateforme d'applications conteneurisées OpenShift, basée sur l’orchestrateur de containers Kubernetes, Red Hat permet une gestion hybride du cloud pour unifier la gestion des charges de travail, sur site ou dans les clouds publics.

Selon une étude récente publiée par RightScale, OpenStack est la seconde pile applicative la plus utilisée par les entreprises ayant adopté le cloud privé, derrière les solutions VMware. Un quart des firmes se servent d’OpenStack pour le cloud privé. Sur le marché des services cloud public, IBM pointe au quatrième rang, avec 10% de part de marché, derrière AWS (64%), Azure (45%) et Google Cloud (18%). La croissance d’IBM est plus lente que celle des trois leaders. A noter que suite au rachat, les partenariats actuels de Red Hat avec les principaux fournisseurs cloud ne cesseront pas.

Tags
Webcode
DPF8_113260