Données personnelles

La nouvelle réglementation sur les cookies irrite les éditeurs européens

| mise à jour

Une cinquantaine d'entreprises et associations européennes, dont Zalando, Criteo et Médias Suisses, prennent position sur le projet du nouveau règlement «e-Privacy» concernant les «cookies». Elles craignent que celui-ci ne renforcent les positions des géants du web.

(Source: © Miesha Moriniere)
(Source: © Miesha Moriniere)

Dans une lettre ouverte, l’association Médias Suisses, Zalando ou encore Criteo pointent du doigt le projet de nouveau règlement européen «e-Privacy». Comptant une cinquantaine de cosignataires regroupant des éditeurs web et média, des entreprises du numérique et des télécoms, la lettre souligne que cette proposition de règlement, actuellement débattue entre les Etats membres, menace le développement des start-up et entreprises innovantes européennes et risque de renforcer les positions des acteurs dominants que sont les géants du web. Un aspect du règlement discuté est particulièrement mis en cause: une simplification des règles en matière de cookies.

Pour éviter aux internautes de devoir répondre sans cesse à des demandes d'autorisation, le règlement prévoit de permettre aux utilisateurs de décider une fois pour toutes d'accepter ou non ces fichiers collectant les données des visiteurs d’un site. En outre, la proposition stipule expressément que le consentement de l'utilisateur n'est pas requis pour les cookies permettant d'améliorer l'expérience en ligne et ne portant pas atteinte à la vie privée. Typiquement, la pratique du retargeting nécessitera dès lors un consentement.

La lettre ouverte souligne que la gestion des cookies serait alors déléguée aux interfaces de navigation, les internautes ne pouvant plus décider au cas par cas de la relation qu’ils souhaitent entretenir avec chacun des sites. Les signataires alertent : «Cette évolution créerait un désavantage majeur pour les acteurs numériques européens, en réduisant leurs capacités à collecter des revenus publicitaires avec des messages ciblés et pertinents. Elle diminuerait l’investissement possible dans un journalisme de qualité partout en Europe, en empêchant les éditeurs de presse et les médias d’établir une relation de confiance avec leurs lecteurs et de valoriser leurs contenus éditoriaux.»

Webcode
DPF8_83716