Lettre de RBR Capital Advisors aux actionnaires

L’argument technologique pour démembrer Credit Suisse

| mise à jour

Rudolf Bohli et son fonds spéculatif RBR proposent de réunir les activités retail et gestion de fortune de Credit Suisse dans une entité autonome pour en faire une banque leader dans le numérique.

Source: Credit Suisse
Source: Credit Suisse

Actionnaire de Credit Suisse, Rudolf Bohli et son fonds RBR Capital Advisors proposent de scinder l’établissement bancaire en trois entités: la banque d’affaires, la gestion d’actifs et la banque aux particuliers (retail et gestion de fortune). Une scission susceptible de doubler la valeur de Credit Suisse, selon Rudolf Bohli, qui a publié vendredi une lettre aux actionnaires dans laquelle il motive sa proposition.

Faire de CS la banque leader du numérique

Principal argument de l’actionnaire: le bouleversement numérique et la prime donnée dans chaque secteur aux entreprises pionnières dans le digital. Pour résumer, Rudolf Bohli veut autonomiser l’activité retail et gestion de fortune de Credit Suisse pour en faire un leader du numérique. A cette fin, il invite la banque à éliminer ses systèmes vieillissants et à développer une plateforme digitale unique et inédite réunissant ses clients retail et fortunés. «Une plateforme digitale à grande échelle apporterait un avantage gigantesque sur la concurrence et offrirait l’opportunité d’acquérir une part substantielle d’un marché très fragmenté», explique Rudolph Bohli dans sa lettre. Selon l’investisseur, l’alliance du leadership numérique et de la marque Credit Suisse assureront la compétitivité à long terme de l’établissement.

Pression sur Credit Suisse

Rudolf Bohli, qui détient 0,2% du capital de CS, selon le Financial Times, a extrêmement peu de chance de voir une majorité d’actionnaires adhérer à une proposition déjà très critiquée. Toutefois, sa lettre forcera peut-être Credit Suisse à clarifier sa stratégie digitale. Engagé dans un vaste programme de redressement, l’établissement bancaire ne chôme pas et multiplie les initiatives numériques (banque privée en Asie, e-banking, blockchain, paiements, etc.), mais leur cohérence est peu lisible.

Webcode
DPF8_64373