Cession totale ou partielle?

Intel pourrait revendre sa filiale Intel Security

| mise à jour
par Jean Elyan / LeMondeInformatique.fr

Embarqué dans une réorganisation de ses activités, Intel étudie sérieusement, selon le Financial Times, la cession de ses activités sécurité issues du rachat de McAfee en 2011.

Selon le Financial Times, Intel envisagerait de vendre ses activités sécurité pour se recentrer plus spécifiquement sur la fabrication de puces pour le cloud et les appareils connectés. Selon ce même article, le fondeur aurait déjà évoqué plusieurs fois le sujet avec des banquiers. L’activité Intel Security provient en grande partie de l'acquisition de l’entreprise de sécurité McAfee en 2011 pour laquelle le fondeur avait déboursé 7,7 milliards de dollars. Intel a annoncé qu’il prévoyait d’intégrer une partie de la technologie de sécurité dans ses puces. «Face à la prolifération de la cybermenace, la capacité d’offrir une protection à pour les appareils connectés à Internet, aussi bien les ordinateurs, les appareils mobiles, que les appareils médicaux ou les voitures, exige une approche fondamentalement nouvelle impliquant des logiciels, du matériel et des services», avait déclaré le fondeur en février 2011, au moment de l'annonce du bouclage du rachat de McAfee. Toujours selon le journal financier, Intel aurait discuté avec les banques de l'avenir de ses activités de cybersécurité.

«Cette vente, si elle devait avoir lieu, serait la plus importante du secteur», a rapporté le Financial Times, citant des personnes proches des pourparlers en cours. Selon le journal, plusieurs entreprises de capital privé pourraient s’associer pour acheter l'entreprise de sécurité si elle est vendue au même prix ou à un prix plus élevé que celui payé par Intel. «J’imagine bien Intel vendre une portion de l’activité, mais pas toute son activité de sécurité», a déclaré Patrick Moorhead, président et analyste principal chez Moor Insights & Strategy. «Actuellement, Intel occupe une place très décente dans le secteur de la sécurité et la sécurité est primordiale pour l'avenir de l’IoT», a déclaré l’analyste, ajoutant qu’une «sécurité intégrée au hardware est vitale pour l'avenir de l'informatique». Dans un courriel, un porte-parole d’Intel a refusé de commenter les informations publiées par le Financial TImes.

Intel prépare 12 000 suppressions de postes d'ici 2017

En 2014, l’activité provenant du rachat de McAfee avait pris le nom de Intel Security. Ces dernières années, les entreprises de capital-investissement ont montré beaucoup d’intérêt pour le secteur de la sécurité. Plus tôt ce mois-ci, Symantec a annoncé le rachat, pour 4,65 milliards de dollars en cash, du fournisseur spécialisé Blue Coat. Pour boucler le rachat, Silver Lake, actionnaire de Symantec, a augmenté son investissement dans la nouvelle entreprise, et Bain Capital, actionnaire majoritaire de Blue Coat, a réinjecté 750 millions de dollars dans l'entreprise sous forme de titres convertibles.

En avril Intel avait annoncé la suppression, d’ici à mi-2017, de 12 000 emplois, soit 11% de sa masse salariale. Suite à la baisse du marché du PC, le fondeur a entrepris une importante restructuration pour réorienter ses activités vers la conception et la fabrication de puces pour datacenters et pour l'Internet des objets.

www.LeMondeInformatique.fr

Webcode
8850

Kommentare

« Plus