Automatisation

La numérisation a été créatrice d’emplois en Suisse

| mise à jour

L’institut KOF de l’EPFZ constate un impact positif des investissements numériques sur l’emploi, plus précisément dans les industries qui utilisent des robots et autres objets connectés.

(Source: PhonlamaiPhoto / iStock.com)
(Source: PhonlamaiPhoto / iStock.com)

Il est souvent difficile d’y voir clair entre les experts qui prétendent que le numérique détruit des emplois et ceux qui prétendent le contraire. Pour se faire une idée, le Centre de recherches conjoncturelles de l’EPFZ (KOF) a analysé les effets recensés de l’automatisation numérique sur l’emploi en Suisse à partir des données de deux enquêtes existantes.

Création nette

Les analystes du KOF en concluent que les investissements réalisés dans la numérisation ont été corrélés avec l’évolution des effectifs: le nombre de collaborateurs hautement qualifiés a augmenté et celui des collaborateurs qualifiés a diminué légèrement. Concrètement, en moyenne, une hausse de 100’000 francs dans les investissements numériques a résulté en 5,8 emplois hautement qualifiés créés et 2,3 emplois peu qualifiés éliminés. Sur l’ensemble et compte tenu des qualifications de la main d’oeuvre, les 100’000 francs ont abouti à 1,6 emploi supplémentaire.

Les machines plus que les logiciels

Le KOF constate par ailleurs que l’impact positif sur l’emploi est à trouver du côté des entreprises recourant au numérique pour des machines (robots, IoT, imprimantes 3D). En revanche, l’utilisation de logiciels (ERP, CRM, e-commerce, etc.) n’a pas d’impact observable sur l’emploi. La question de l'impact qu'aura l'intelligence artificielle dans le futur reste ouverte...

Pour le KOF, il faudrait mettre en place des outils pour réduire l’impact sur les collaborateurs moins qualifiés et se soucier de les former pour qu’ils puissent d’accomplir de nouvelles tâches apparues dans le sillage de la numérisation.

Tags
Webcode
DPF8_138173