Ressources humaines

Pour recruter, les entreprises passent toujours plus par les réseaux sociaux

| mise à jour

Selon le cabinet Hays, les entreprises à la recherche de talents ont tendance à délaisser les portails d’emplois et les prestataires externes au profit des réseaux sociaux et des recommandations de collaborateurs.

(Source: Pixabay)
(Source: Pixabay)

Alors que la guerre des talents fait rage et que la pénurie de personnel qualifié est récurrente, spécialement dans le domaine IT, comment s’y prennent les entreprises pour recruter? Le dernier HR-Report du cabinet de recrutement Hays indique que les portails d’emploi sont de moins en moins utilisés. En 2015, 81% des entreprises recrutaient en postant des annonces sur ces portails. Elles ne sont plus que 59% à le faire en 2019. Les entreprises sont de moins en moins nombreuses à publier des annonces d’emploi directement sur leur sites web et à recourir à des chasseurs de tête externes. A en croire le rapport de Hays, ces trois méthodes de recrutement sont délaissées au profit des recommandations de collaborateurs et des réseaux sociaux. Et ceci sans compter l’emploi des réseaux sociaux par les chasseurs de tête.

A noter que bien que leur utilisation chute, portails d’emploi et sites web d’entreprises sont encore les canaux de recrutement les plus employés.

Linkedin en position de force

Cette tendance qu’ont les entreprises à toujours plus se tourner vers les réseaux sociaux pour dénicher des talents profite naturellement à Linkedin. Dans une étude de 2017, le réseau social indique que plus d’un tiers de ses membres avaient trouvé un nouveau job à l’aide sa plateforme. Mais aussi pour s’informer sur une entreprise avant d’envoyer sa candidature, ainsi que pour préparer les entretiens d’embauche.

Linkedin, qui planifie de fusionner ses outils pour chasseurs de talents, profite de cet essor. En 2018, le réseau social a enregistré 5,3 milliards de dollars de revenus, soit 2,3 milliards de plus que durant l’exercice précédent. La majeure partie des ventes du réseau social au plus de 575 millions de membres continue de provenir de ses outils de recrutement. Une part qui correspondait à 63% de son chiffre d’affaires au moment du rachat de Linkedin par Microsoft en 2016 (la firme de Redmond ne donne plus de chiffres détaillés sur les revenus de Linkedin).

Webcode
DPF8_131062