Représentativité et salaires

Toujours plus de femmes assument des rôles de leadership dans la tech

| mise à jour

La part de femmes recrutées dans des rôles de leadership dans le domaine de la tech est en augmentation, selon le cabinet de recrutement Odgers Berndtson. L'inégalité des salaires hommes-femmes reste en revanche importante, même si l’écart se réduit pour certains postes.

(Source: YurolaitsAlbert / iStock.com)
(Source: YurolaitsAlbert / iStock.com)

La représentativité des cadres femmes dans la tech reste certes faible, mais la situation s’améliore, selon le cabinet de recrutement Odgers Berndtson. Dans une étude basée sur près de 1’000 recherches de cadres dans plus de 60 pays dont la Suisse, le cabinet indique la part de femmes recrutées pour des rôles de leadership dans l’IT. La proportion de recrutements de femmes pour des fonctions à responsabilité dans des entreprises technologiques et ainsi passée de 11% en 2015 à 20% en 2018. Concernant les embauches de CIO/CTO au sein de firmes de tous secteurs, 9% concernaient des femmes en 2015 et 17% en 2018. Le cabinet souligne toutefois: «Il y a encore beaucoup de travail à faire dans l'ensemble des fonctions technologiques spécialisées pour améliorer la diversité sous toutes ses formes.» Un constat qui s’applique également à la Suisse, où les femmes ne représentent que 15% des professionnels de l’informatique (L’économie suisse manque d’informaticiennes).

Des écarts de salaires encore importants

L'inégalité des salaires hommes-femmes dans la tech se résorbe quelque peu, à en croire le cabinet de recrutement. Mais l’écart reste important, spécialement dans les fonctions de top management IT. Entre 2015 et 2018, les salaires annuels les plus élevés accordés aux CIO et CTO masculins étaient en moyenne de 866’250 livres, soit près de deux fois plus que chez les femmes (471’528 livres). Sur la seule année 2018, la différence est toutefois beaucoup plus réduite, avec une rémunération maximale de 454’545 livres chez les CIO/CTO femmes, contre 515’000 livres du côté des hommes.

Concernant les fonctions plus spécialisées (CISO, analyste de données, architecte IT, etc.), les femmes nommées à ces postes entre 2015 et 2018 gagnent beaucoup moins que leurs collègues masculins, avec une paie annuelle maximum de 244’000 livres contre 625’000 livres.

Entreprises technologiques: l’écart salarial se réduit

Le cabinet Odgers Berndtson s’est aussi intéressé aux rémunérations des hauts cadres commerciaux et dirigeants d’entreprises technologiques. Pour ces fonctions business, il apparaît que l'inégalité salariale entre hommes et femmes s'est considérablement réduite au cours des dernières années. En 2013, le plus haut salaire annuelle octroyé à une femme était de 122’885 livres. En 2018, ce chiffre atteint 520’000 livres, dépassant pour la première fois le salaire le plus élevé accordé à un homme (500’000 livres).

Tags
Webcode
DPF8_129747