PUBLIREPORTAGE Assura et Adcubum 

150 spécialistes mobilisés pour concrétiser le plus important projet IT mené par un assureur-maladie au cours des 3 prochaines années

par Karolina Nowak, Change Manager chez Assura

Troisième assureur-maladie de Suisse avec plus d’un million de clients, Assura est engagée dans un chantier d’envergure : remplacer l’intégralité de son système cœur de métier. La plateforme Adcubum Syrius Insurance est au cœur d’une démarche qui mobilise 150 spécialistes IT et métier.

Yassir Madhour, responsable du programme de transformation des systèmes IT centraux chez Assura (d.) et Emanuele Diquattro, directeur général d’Adcubum (g.)
Yassir Madhour, responsable du programme de transformation des systèmes IT centraux chez Assura (d.) et Emanuele Diquattro, directeur général d’Adcubum (g.)

Comment expliquer l’ampleur de ce programme?

Y. Madhour : Il a pour but d’améliorer la performance des systèmes IT centraux d’Assura au service de nos clients et collaborateurs tout en préparant l’avenir grâce à une technologie moderne et modulable. Cela implique de remplacer le système cœur de métier actuel et toutes ses fonctionnalités, principalement par la solution Adcubum Syrius. Il nous faut aussi interfacer les autres logiciels utilisés par les équipes d’Assura avec Adcubum Syrius et mettre en place de nouvelles solutions, par exemple pour la gestion du contentieux. Les travaux d’initialisation du programme sont terminés et l’implémentation de Adcubum Syrius a atteint son rythme de croisière. L’ensemble du programme représente plusieurs années de travail. Nous avons donc du pain sur la planche !

Vous semblez partager cet enthousiasme ?

E. Diquattro : Absolument, d’autant qu’Assura a choisi de redéfinir les fondements de son système avant d’appliquer l’architecture retenue au frontend. Cette approche demande un effort soutenu mais garantit des résultats plus durables. Je suis aussi heureux qu’Assura ne considère pas ce programme comme un simple projet informatique mais plutôt comme un vecteur d’évolution pour toute l’entreprise, amenant de nouveaux processus de travail et jouant un rôle de catalyseur pour de futures initiatives de digitalisation. Cette approche est très motivante.

Ce programme de migration représente-t-il un défi particulier pour Adcubum ?

E. Diquattro : Oui, par son ampleur évidemment, mais Adcubum Syrius étant une solution largement éprouvée, je ne me fais pas trop de soucis. Aussi, en termes de défi, je relèverais surtout la gestion efficace, financièrement consciencieuse et rapide indispensable pour mener à bien ce projet dans le délai prévu. En tant que partenaire nous devons veiller à intégrer cette condition dans nos propositions. Ce n’est pas toujours simple mais cela nous pousse à être encore plus innovants !

Quelle va être la clé du succès de ce programme ?

Y. Madhour : Les talents ! Nous avons la chance de pouvoir compter sur de multiples spécialistes au sein de nos départements métier et de notre service IT ainsi que d’avoir recruté des profils très performants. Les compétences sont variées, nous travaillons sur deux sites, à Lausanne et Zurich, et échangeons aussi bien en français qu’en allemand ou en anglais. Cela ne nous empêche pas d’avoir déjà formé une équipe solide de 100 personnes, même si elle n’est pas encore au complet. 

Est-ce à dire qu’il n’est pas trop tard pour prendre part à l’aventure ?

Y. Madhour : Il n’est pas trop tard ! Ce sont environ 150 personnes que nous voulons mobiliser pour implémenter Adcubum Syrius ainsi que les multiples solutions qui seront mises en place à l’issue du programme initial. Tant à Lausanne qu’à Zurich, au sein de notre nouveau site proche de la gare. Parmi les profils principalement en cours de recrutement, en interne et en externe : des paramétreurs Syrius, des business analystes métier ainsi que des testeurs, idéalement bilingues ou trilingues. Et comme nous entendons conserver et développer les connaissances en interne, il s’agit plus de participer à un voyage au long court qu’à une aventure (rires) !

Alors que le programme qui vous réunit est très technique, c’est sur les aspects humains que vous mettez l’accent. Pourquoi?

E. Diquattro : Il est essentiel que l'informatique et les entreprises se comprennent, j’ai eu l’occasion de le mesurer au travers de multiples projets. La coopération et la communication sont essentielles, et tout particulièrement quand il s’agit de gérer des questions complexes. Or, ces qualités reposent sur le facteur humain.
Y. Madhour : Je partage complètement. D’un point de vue technique, nous avons avec Adcubum Syrius un standard offrant de sérieuses garanties. Mais la qualité du résultat final du programme dépendra aussi de la richesse des profils impliqués et de leur capacité de contribuer à la dynamique positive que nous avons la chance de connaître aujourd’hui.


Yassir Madhour - Bio express
Après un doctorat en ingénierie mécanique et un début de carrière dans la recherche au sein d'un des plus grands acteurs informatiques mondiaux, Yassir Madhour prend part entre 2014 et 2019 à trois projets de migration reposant sur le logiciel Adcubum Syrius, menés par d’importants acteurs du secteur de l’assurance. Il travaille pour Assura depuis 2019.

Emanuele Diquattro - Bio express
Emanuele Diquattro travaille pour Adcubum depuis 2018. Titulaire d'un master en ingénierie commerciale, il a préalablement travaillé pour un important acteur du secteur de l’assurance-maladie dont il a été membre du Conseil d'administration de 2012 à 2018. De 2012 à 2015, il a dirigé le département "Business Engineering & ICT » de cette entreprise puis a été son directeur des ventes et du marketing et directeur général adjoint d'avril 2015 à la fin de l’année 2017.