Entraînement d’algorithmes

Les IA de Facebook et Google s'affûtent en jouant à Minecraft et au foot

Facebook et Google puisent dans les environnements vidéoludiques pour faire progresser la recherche en intelligence artificielle (IA). Minecraft propose un environnement idéal pour créer des assistant virtuels plus flexibles, tandis qu’un jeu de foot permet de mettre au point des IA qui s'adaptent mieux aux imprévus.

Facebook met au point un agent virtuel capable de progresser à Minecraft, notamment en communiquant par tchat avec les joueurs humains. (Source: Pixabay)
Facebook met au point un agent virtuel capable de progresser à Minecraft, notamment en communiquant par tchat avec les joueurs humains. (Source: Pixabay)

Facebook et Google ambitionnent chacun de leur côté de franchir la prochaine étape déterminante des progrès de l’intelligence artificielle (IA). Pour ce faire, les géants de la tech misent tous deux sur l'utilisation de jeux vidéos pour répondre à des défis différents auxquels font face les recherches dans le domaine.

Minecraft pour créer des assistants virtuels plus flexibles

Les chercheurs de Facebook ont décidé de s’attaquer à certaines limites des IA actuelles, incapables d’être réellement performantes au-delà d’un nombre restreint de tâches pour lesquelles elles sont spécifiquement entraînées. Facebook Research s'attèle ainsi à développer un assistant virtuel davantage flexible et en mesure de se rendre utile dans une variété de tâches. Les chercheurs ont dans cette optique trouvé l'environnement adéquat: Minecraft.

Ce jeu vidéo de type «bac à sable» permet aux joueurs de se déplacer dans un environnement 3D, d'explorer et de construire différents éléments dans un monde ouvert. Un agent virtuel a été mis au point pour apprendre des joueurs humains au sein de cet environnement virtuel vaste mais basé sur des règles relativement simples. Le robot en question peut communiquer avec les joueurs humains via tchat. «En combinant le langage, la perception, la mémoire et les actions physiques dans le jeu, ces robots peuvent effectuer des tâches complexes, telles que construire une maison. Le développement de ces compétences pourrait aider les chercheurs à progresser vers un mode de collaboration plus large entre les humains et l'IA», expliquent les chercheurs de Facebook.

Une simulation de foot qui reflète mieux les situations du monde réel

Du côté de Deepmind, entraîner des IA à s’adonner à des jeux vidéos n’a rien de neuf. Des joueurs virtuels battant tous les records à Space Invaders ou Starcraft sont ainsi sortis des laboratoires de la division de recherche en intelligence artificielle de Google. Les équipes de Deepmind souhaitent mettre au point des IA capables de s’adapter encore plus efficacement à des situations en constant changement et pleines d’imprévus - comme dans la vraie vie. Or, Space Invaders s’avère trop simple et prévisible pour apprendre à des algorithmes de machine learning à réagir à de nouvelles situations. L’univers de Starcraft est au contraire si complexe qu’il est nécessaire de recourir à d’immenses ressources de calcul, ce qui freine l'entraînement des IA. Mais les chercheurs ont aujourd’hui identifié l'environnement vidéoludique idéal: la simulation de football.

Deepmind a créé son propre jeu de foot: «Google Research Football Environment». La simulation met l'accent sur les interactions entre de multiples joueurs humains et agents virtuels, qui peuvent soit rivaliser, soit collaborer. Les algorithmes sont dès lors nourris avec des données qui reflètent mieux les situations du monde réel, selon les chercheurs de Google. A l’instar du framework conçu par Facebook Research pour entraîner une IA en jouant à Minecraft (CraftAssist), le jeu de foot de Deepmind est sous licence open source, permettant à d’autres chercheurs de s’en servir.

 

Tags
Webcode
DPF8_149629