Business intelligence

La BI va dans le cloud en dépit des préférences des firmes

| mise à jour

Si de plus en plus de projets BI sont déployés dans le cloud, c’est surtout dû à la volonté des fournisseurs et non des entreprises, indique une étude de BARC. Les résultats révèlent aussi le faible taux d’utilisation de la BI couplée à l’internet des objets.

(Source: Alfred Koch / Fotolia.com)
(Source: Alfred Koch / Fotolia.com)

Déployer des solutions BI dans le cloud est-il une tendance en vogue? Il serait tentant de répondre par l’affirmative si l’on ne considère qu’une partie des résultats de l’étude «The BI Survey 18» du cabinet The Business Application Research Center (BARC). Il apparaît en effet que près d’un tiers des projets de business intelligence (BI) datant de moins de deux ont été déployés dans le cloud plutôt que sur une infrastructure on-premise. Les entreprises dont le projet BI date de plus deux ans ont choisi le cloud deux fois moins fréquemment, indique aussi cette étude basée sur une enquête menée auprès de 3’000 professionnels de la BI à travers le monde.

Mais si les déploiements BI les plus récents se basent sur le cloud, il ne s’agit pas nécessairement d’une stratégie volontaire de la part des firmes. CEO de BARC, Carsten Bange fait ainsi remarquer: «Plusieurs des principaux fournisseurs de BI sont maintenant passés à une stratégie cloud-first, ce qui a clairement eu une influence sur l'option de déploiement choisie par les clients.» L’enquête révèle en effet que la plupart des entreprises ne souhaitent par adopter le cloud pour leurs solutions BI, sauf si la stratégie cloud des fournisseurs ne leur laisse pas le choix.

Les cas d'usage fréquents de la BI

En matière de business intelligence, les cas d’usage sont le plus fréquemment orientés vers le front-end et les fonctionnalités commerciales. Les entreprises investissent ainsi surtout dans les technologies BI pour l’analyse des ventes et du comportement client, ainsi que pour avoir une vue unifiée des clients. Selon les auteurs de l’étude, ces cas d’usage resteront les plus courants car ils sont les plus essentiels à l'entreprise.

La BI couplée à l’IoT reste peu adoptée

En revanche, l’analytics appliquées à l’internet des objets et au monitoring des processus en temps réel sont des cas d’utilisation peu fréquents. De plus, seul 15% des sondés utilisent des fonctionnalités d’analyse de données issues de capteurs. Pour deux tiers des entreprises, ces technologies IoT n’ont même aucune utilité, en dépit du buzz certain qu’elles suscitent. La part d’adoption de ces fonctionnalités ne devrait pas beaucoup évoluer à l’avenir. Le cabinet BARC estime que les deux tiers des entreprises affirmant aujourd’hui ne pas avoir besoin de ces capacités d’analyses ne changeront probablement pas d’avis, «car seules certaines industries et certains clients ont besoin d'utiliser des capteurs.»

En outre, l'utilisation et l’attrait de la BI tirant parti des données en temps réel n’ont pas augmenté ces dernières années, malgré l'engouement autour de ces technologies. Un phénomène qui, selon les analystes, peut s'expliquer par le fait que les entreprises ne disposent pas des ressources permettant de récolter et de traiter les données en temps réel.

Webcode
DPF8_114925