10 ans

Le cloud et la numérisation ont bouleversé le marché IT

| mise à jour

Le marché des solutions et services informatiques actuel ne ressemble guère à celui de 2008. Des sociétés ont disparu ou perdu en importance, d’autres se sont fait racheter, toutes ont dû repenser leur modèle. L’essor du cloud computing et la transformation numérique ont fortement pesé sur ces changements.

(Source: Dario Sabljak / Fotolia.com)
(Source: Dario Sabljak / Fotolia.com)

En une décennie le marché des fournisseurs de solutions et service informatiques aux entreprises s’est profondément transformé en Suisse et dans le monde. Deux phénomènes prédominants ont bousculé les sociétés établies et conduit à l’émergence de nouveaux acteurs et modèles d’affaires: l’essor du cloud et la demande de solutions soutenant la numérisation des interactions entre les entreprises et leur clientèle.

Essor des hyperscalers

Né au début des années 2000, le cloud a gagné en adoption de manière spectaculaire durant la dernière décennie. Les solutions SaaS et IaaS ont pris place dans la plupart des entreprises en Suisse et dans le monde, remplaçant nombre de logiciels installés et d’infrastructures propres, avec un impact tant sur les éditeurs de software et les fabricants d’équipements, que sur la pléthore de prestataires proposant des services d’intégration. Le marché IT s’est ainsi profondément transformé bénéficiant en premier lieu à quelques hyperscalers, car le cloud est avant tout une affaire d’échelle.

Deux géants du web ont profité de leurs capacités technologiques internes pour développer des solutions destinées aux entreprises: Google avec sa G Suite dans le domaine collaboratif, et Amazon avec AWS dans le domaine de l’infrastructure. Actuellement leader mondial en matière de revenus cloud, Microsoft a de son côté formidablement réussi transformer son modèle avec Azure, Office 365 et Dynamics 365. A l’autre extrémité de l’échelle, le modèle cloud a aussi permis à des start-up d’imposer des solutions de niche à l’international, sans avoir à développer un réseau de revendeurs et d’intégrateurs.

Le cloud bouscule les éditeurs de logiciels…

Du côté logiciel, l’intérêt des entreprises pour le SaaS a poussé les éditeurs établis à développer des versions cloud de leurs propres logiciels avec des nouveaux modèles de prix et à étoffer leur portefeuille via des acquisitions dans des domaines porteurs comme les RH (IBM-Kenexa, Oracle-Taleo, SAP-Successfactors), le CRM (Oracle-RightNow), la supply chain (SAP-Ariba) et la collaboration (Microsoft-Skype/Yammer). Des challengers misant dès le départ sur le cloud ont également réussi à devenir des leaders dans leur segment, comme Salesforce pour le CRM, Workday pour les RH ou Slack pour la collaboration.

… et les fournisseurs d’infrastructure

Les changements sont tout aussi importants du côté des équipementiers. D’une part, le cloud a réduit le besoin des entreprises en infrastructure propre. D’autre part, les prestataires cloud représentent une part croissante du marché et ils conçoivent en partie leur propre hardware qu’ils font produire par des fabricants asiatiques. En 2007, HP-Dell-IBM détenaient par exemple deux tiers du marché des serveurs contre moins de la moitié aujourd’hui. La scission de HP en deux sociétés et la fusion entre Dell et EMC sont en partie liées à cette évolution. Ces dernières années, des alliances inédites se sont aussi construites entre géants du cloud désireux de mieux pénétrer les entreprises et fournisseurs d’infrastructure cherchant à tirer profit du cloud, comme celle entre VMware et AWS et celle entre Cisco et Google.

Les prestataires de services se repositionnent

L’emploi de logiciel et d’infrastructures à la demande délivrées depuis le cloud n’a pas épargné les sociétés de service, petites ou grandes. En Suisse et ailleurs, de nombreux prestataires tirant leurs revenus de la revente, de l’intégration, voire de la gestion de solutions IT installées chez leur clientèle, ont été contraints de revoir leur modèle. Certains – en particulier des opérateurs télécom – se sont essayés, parfois avec succès, à déployer et à commercialiser leur propre cloud en jouant la carte de la proximité face aux hyperscalers américains. Des prestataires très étroitement liés à tel ou tel fabricant, ont subi la même érosion que leur partenaire. La transition vers le cloud étant souvent plus complexe qu’il n’y paraît, des fournisseurs de services sont parvenus à se repositionner: soit en proposant leur propre cloud et en jouant la carte proximité, soit en bâtissant des offres autour des cloud leaders, notamment des services de customisation et des services managés.

Rapprochement entre fournisseurs IT, sociétés de conseil et agences web

La décennie écoulée a également vu des sociétés fort différentes se rapprocher sous l’effet de la digitalisation de leur clientèle. Dans le cadre de leur transformation numérique, les départements IT et marketing des entreprises collaborent de plus en plus. De plus, les technologies web jouent un rôle croissant dans l’informatique traditionnelle. Enfin, l’IT devient un facteur stratégique pour la compétitivité et la croissance des organisations. Ces évolutions dans les entreprises conduisent à un mélange des genres du côté de leurs partenaires. Les agences web, les fournisseurs IT et les sociétés de conseil proposent ainsi des offres de plus en plus semblables, développent des méthodes de travail similaires et nouent des partenariats inédits. Qui aurait pensé il y a 10 ans que Deloitte s’associerait à Apple, Amazon Web Services, Salesforce, Cisco, SAP et HP? On assiste au même phénomène à l’échelon local et l’avenir nous réserve sans doute d’autres surprises dans le domaine.

Webcode
DPF8_108477