Proptech

Trois nouvelles start-up se lancent sur un marché proptech suisse en pleine croissance

| mise à jour

Les jeunes pousses Kiiz, Tayo et Foxstone ont lancé récemment leurs opérations, en proposant des services sur le dynamique marché suisse des technologies pour l’immobilier, un marché occupé notamment par Allthings, Neho, SwissLending et Crowdhouse.

Le marché suisse des technologies pour l’immobilier (proptech) affiche son dynamisme. A l’image de la start-up suisse Allthings, qui vient de lever 13,7 millions de francs au cours d’un tour de table de série A. Spécialisée dans le développement d’apps modulaires pour la gestion immobilière, cette spin-off de l’EPFZ fournit une plateforme applicative de mise en relation entre propriétaires, gérances, prestataires de services et locataires. Simplifier les interactions dans l'immobilier est également l’objectif de Tayo, créée du côté de l’EPFL en 2017. La plateforme de la jeune pousse vaudoise permet de centraliser la gestion des demandes de services ou d’interventions (d’un plombier, électricien ou chauffagiste, par exemple), en faisant office de canal de communication unique entre les différentes parties prenantes.

Courtage immobilier de l’ère numérique

D’autres start-up proptech suisse se sont quant à elles donné pour mission de disrupter le marché du courtage immobilier. C’est le cas de Kiiz qui, fin juin, annonçait avoir bouclé un premier tour de financement d’un total de 700'000 francs. En partie dirigée par des communicants dont la CEO Sarah Luvisotto (quinze ans d’expérience dans la communication au service de grands groupes internationaux dont Kellog’s), cette start-up lausannoise propose une plateforme pour gérer la vente d’un bien immobilier. Kiiz se définit comme un courtier immobilier sans commission, proposant aux propriétaires un prix fixe au lieu de la commission de 3% à 5% d’usage en Suisse romande. La plateforme en ligne de Kiiz gère les différentes étapes de la mise en vente d’un bien, de sa description à la diffusion des annonces et la sélection des offres, en passant par l’établissement du prix de vente. Basée à l’EPFL, la start-up Neho propose depuis peu une semblable plateforme numérique incluant des services, pour un prix fixe, d’évaluation du bien, de gestion, suivi et relances des acheteurs potentiels, de visite virtuelle, de promotion en ligne et de réalisation de plaquette de vente professionnelle.

Co-investissement immobilier

Les services de financement participatif et de co-investissement constituent un autre segment sur lequel misent des start-up proptech suisses. A l’instar de la genevoise SwissLending et de sa plateforme de financement participatif spécialisée dans le prêt pour les professionnels de l’immobilier. Ou de la zurichoise Crowdhouse, qui permet à des particuliers d’investir dans la pierre en devenant copropriétaires. Ce dernier modèle est également au cœur des activités de Foxstone, jeune pousse genevoise qui vient de lancer ses opérations. Celle-ci propose des investissements participatifs en copropriété dans des immeubles résidentiels en Suisse romande avec un montant minimum de 25'000 francs.

Un marché en pleine croissance

Les start-up protech se multiplient en Suisse depuis 2014, indique un rapport de Crédit Suisse publié fin 2017. Outres les domaines investis par les jeunes pousses présentées ci-dessus, ce marché compte aussi des start-up qui se focalisent sur les plateformes de commercialisation et les logiciels/CRM/bases de données. Deux tiers des proptech suisses sont encore de petites structures de moins de 6 collaborateurs. Leur priorité est avant tout d’élargir leur base clients et moins de lever des fonds, précise le rapport de Crédit Suisse.

Webcode
DPF8_100597