Transports publics

Les billets automatisés de Fairtiq bientôt disponibles pour toute la Suisse

| mise à jour

Application mobile se basant sur la géolocalisation pour calculer le prix des trajets en transports publics, Fairtiq couvrira toute la Suisse très prochainement.

Exploitant la géolocalisation, l’application Fairtiq dispense l’usager d’acheter un billet avant de monter dans son bus. (Source: Fairtiq)
Exploitant la géolocalisation, l’application Fairtiq dispense l’usager d’acheter un billet avant de monter dans son bus. (Source: Fairtiq)

Le système innovant de billets de transports de l’app Fairtiq sera sous peu proposé dans toute la Suisse. Une information divulguée par le journal «La Gruyère» et confirmée à ICTjournal par Stéphane Berney, porte-parole des Transports Publics Fribourgeois (TPF). Ces derniers ont déployé Fairtiq en mars 2016, avec leurs homologues lucernois (vbl) et des Chemins de fer rhétiques (RhB).

Exploitant la géolocalisation, l’application dispense l’usager d’acheter un billet avant de monter dans son bus. Fairtiq calcule le trajet parcouru et facture par la suite le prix du billet correspondant. Un système qui, depuis son lancement, a séduit d’autres communautés tarifaires ou réseaux de transports publics en Suisse, 13 régions étant actuellement disponibles. La couverture nationale totale sera donc effective d’ici peu.

Le porte-parole des TPF explique qu’il ne s’agit pas, pour l’heure, d’une intégration au sein des différentes apps des transports régionaux: le coût des transports sera calculé par l’app Fairtiq, facturé par les TPF, qui reversent ensuite les sommes encaissées aux autres régies de transports. Un modèle notamment appliqué par les CFF avec l’abonnement général. Les chemins de fer fédéraux vont en outre expérimenter dès ce printemps le système de billets automatisés de Fairtiq, en le proposant directement dans l'interface de l’app de tests CFF Mobile preview.

Tout le processus de calcul est réalisé dans notre back-end

«Tout le processus de calcul est réalisé dans notre back-end», explique à ICTjournal Gian-Mattia Schucan, CEO de la start-up Fairtiq SA. Qui précise que les données tarifaires nécessaires sont notamment issues de la nouvelle plate-forme NOVA, coordonnée par l’Office fédéral des transports et qui vise à réunir l’offre de l’ensemble des entreprises du secteur en Suisse.

Accord global

Certaines régies de transports et communautés tarifaires ne sont pas, pour l’heure, partenaires de Fairtiq. C’est notamment le cas des TPG et des TL, précise le CEO, soulignant toutefois que les billets Fairtiq seront valides partout en cas de contrôle: «Il existe un accord global dans la branche depuis quelques mois qui garantit que les certificats, sous forme de code-barres 2D standardisé, et les processus d’enregistrement de voyage tels qu’on les utilise chez Fairtiq sont acceptés par toutes les entreprises de transports en Suisse.» Les utilisateurs de ces réseaux non partenaires ne verront ainsi pas de différences majeures dans leur expérience avec Fairtiq. Hormis le fait de ne pas pouvoir profiter d’un programme de bonus, appliqué uniquement avec les communautés tarifaires partenaires.

80’000 utilisateurs

Cette expansion nationale devrait booster le taux d’adoption de l’app, installée actuellement sur le smartphone de plus de 80’000 utilisateurs, selon les chiffres de Fairtiq SA. Qui précise que 100’000 trajets sont facturés par mois. Du côté des TPF, même si que 1% des ventes de billet se font via l’application, le chiffre d’affaires croissant qu’elle génère est réjouissant, confie le porte-parole Stéphane Berney: «En atteignant 390’000 francs en 2017, la progression est passée du double ou triple sur un an.»

Webcode
DPF8_81598