Fausses factures

La fintech Advanon victime d’une fraude de plusieurs millions

| mise à jour
par Yannick Chavanne et Oliver Schneider

La start-up suisse Advanon a été touchée par une fraude d'une valeur de plusieurs millions de francs. Une société suisse a vendu sur sa plateforme d'affacturage des factures débiteurs falsifiées. 78 investisseurs sont concernés.

(Source: Pixabay)
(Source: Pixabay)

La start-up zurichoise Advanon annonce être victime d’une fraude d'une valeur de plusieurs millions de francs suisses. Cette fintech propose aux PME une plateforme leur permettant de trouver des investisseurs pour préfinancer leurs factures débiteurs ouvertes (processus d'affacturage). Une société commercialisant des équipements électriques, dont l’identité n’est pas divulguée, a vendu sur la plateforme des factures ouvertes d'une valeur d'environ 2,4 millions de francs suisses. «Selon l'état actuel des connaissances, [ces factures] étaient largement falsifiées, de même que les relevés bancaires et de nombreux courriels au nom de débiteurs renommés au sujet de services et de biens prétendument fournis», explique Advanon. 78 investisseurs sont concernés. Ces derniers ont été informés ainsi que la FINMA (Autorité des marchés financiers).

La fraude découverte est bien sûr un coup dur pour la fintech: «En tant qu'entreprise jeune et en devenir, c'est un sérieux revers pour nous. Cependant, nous sommes confiants que notre agilité, notre courbe d'apprentissage rapide et nos bonnes relations avec la clientèle nous permettront de sortir renforcés de cette expérience», explique le CEO et fondateur d’Advanon, Phil Lojacono. Contacté par nos collègues de la Netzwoche, la jeune pousse explique que la fraude a été découverte en début de semaine dernière. Des factures impayées de débiteurs bien connus et des montants de factures incorrects ont mis sur la piste d’activités frauduleuses. Advanon, qui a déposé une plainte pénale auprès du parquet de Zurich, ne souhaite pas divulguer le nom de la PME impliquée avant le début de la procédure.

Prestataire de services financiers impliqué?

La société commerciale qui a commis la fraude est entrée en contact avec Advanon sur recommandation d'un prestataire de services financiers. Ce dernier avait confirmé par écrit qu'il n'y avait jamais eu de retard de paiement ou d'autres difficultés avec le client incriminé. La question de savoir si et dans quelle mesure ce prestataire est également impliqué dans la fraude reste ouverte.

Le CEO d’Advanon précise que sa start-up va en conséquence modifier son modèle en n’admettant sur sa plateforme que des investisseurs institutionnels. L’entreprise incriminée a utilisé le mode «Silent Factoring» (affacturage silencieux) pour commettre la fraude. Avec cette option d'affacturage, les débiteurs ne sont pas informés de la vente de la facture. Ce mode promet un rendement plus attractif que l’affacturage ouvert, mais est également plus risqué. «Nous avons remarqué que tous les investisseurs n'en sont pas conscients. C'est pourquoi, à l'avenir, nous ne proposerons qu'un portefeuille diversifié dans lequel les risques sont plus largement répartis sur plusieurs factures», explique le CEO.

Webcode
DPF8_101607