Crypto-trading

Des banquiers lancent à Genève une bourse en crypto-actifs

| mise à jour

Notamment créée par l’ex-CDO de Lombard Odier et un ex-gestionnaire d’actifs chez Syz Asset Management, Taurus Group lance une plateforme de négoce de crypto-actifs. La société genevoise va aussi proposer des solutions d’investissements dans des actifs digitaux.

(Source: Zapp2Photo / Shutterstock.com)
(Source: Zapp2Photo / Shutterstock.com)

Fondée il y a peu à Genève, la société Taurus Group lance une plateforme de négoce de crypto-actifs. Dès ce mois de juillet, le service Trade de Taurus proposera à des clients privés et institutionnels la vente et l’achat de Bitcoin et d’Ether, les deux cryptomonnaies actuellement les plus importantes en termes de volume.

La société définit son offre comme «l’une des premières plateformes entièrement réglementées de négoce d’actifs digitaux en Europe, respectant les standards institutionnels les plus élevés». Venant concurrencer des bourses en crypto-actifs telles que Coinbase, Bitfinex, Kraken ou Binance, Taurus a reçu une confirmation de la FINMA début juin et a procédé à la demande d’une autorisation de négociant en valeurs mobilières. La société va dans un deuxième temps proposer des solutions d’investissements dans des actifs digitaux dans le cadre d’ICO, ainsi que des services de stockage d’actifs digitaux.

Taurus a clôturé un premier tour de financement à sept chiffres provenant d’investisseurs privés. «Notre ambition est de créer un Nasdaq des actifs digitaux et de bâtir, pas à pas, l’une des équipes les plus compétitives du secteur», explique Sébastien Dessimoz, l’un des membres fondateurs, qui a passé 5 ans au poste de Chief Operating Officer chez Syz Asset Management. La direction du groupe Taurus se complète notamment de Lamine Brahimi, ex- Chief Digital Officer de Lombard Odier, de l’avocat spécialisé dans le droit bancaire Oren-Olivier Puder (passé par la FINMA) et du docteur en cryptographie de l’EPFL Jean-Philippe Aumasson (qui a occupé plusieurs postes au sein du groupe Kudelski). Bryan Ford, expert en technologie blockchain et chercheur à l’EPFL fait partie du comité technologique de Taurus, de même que Stéphane Rey, CTO de Lombard Odier Investment Manager.

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet se réjouit du lancement de Taurus, projet qui porte «une valeur ajoutée significative pour l’écosystème genevois en pleine croissance dans le domaine des applications de la blockchain et des cryptomonnaies». Les initiatives autour de la blockchain et de la crypto-économie se multiplient dans le canton du bout du lac, qui compte bien ne pas laisser à la Crypto Valley zougoise le monopole de l’innovation dans ce domaine. En début d’année, la Swiss Blockchain Association voyait le jour à Genève, avec pour mission d’œuvrer au développement de l’écosystème blockchain local. Plus récemment, la banque en ligne Swissquote, l’éditeur de logiciels bancaire Temenos et l’étude d'avocats Lenz & Staehelin créait la Capital Markets and Technology Association (CMTA) pour définir des standards d'utilisation de la blockchain dans les marchés financiers.

Webcode
DPF8_99191