Logistique

100 millions de francs pour numériser CFF Cargo

| mise à jour

Suite aux annonces de massives suppressions d’emplois, CFF Cargo a donné les pistes de son plan pour gagner en efficacité «par l’automatisation et le numérique».

(Source: SBB CFF FFS)
(Source: SBB CFF FFS)

Interviewé par la Schweiz am Wochenende le 24 février dernier, le patron de CFF Cargo n’y allait pas par quatre chemins: «Nous devons supprimer un tiers des emplois», a-t-il affirmé. Ce 1er mars, la division fret des Chemins de fer fédéraux est revenue sur cette déclaration qui a fait grand bruit et a détaillé sa stratégie. L’objectif affiché est d’«exploiter activement les possibilités offertes par l’automatisation et le numérique» pour réduire les coûts de fonctionnement. «D’ici à la fin de l’année 2023, CFF Cargo pourra vraisemblablement continuer à fournir ses prestations avec 800 collaborateurs de moins qu’à l’heure actuelle», insiste l’entreprise qui en compte 2200.

En parallèle de ces réduction d’effectif le transporteur compte investir 90 millions de francs d’ici à 2023 pour automatiser notamment l’attelage des trains et l’essai des freins, ce qui réduira le temps et la pénibilité de ces opérations. De nouveaux outils de communication en temps réel avec les clients seront aussi développés sur cette enveloppe. Dans cette optique, les CFF Cargo annonce vouloir poursuivre et «étendre à d’autres entreprises» le partenariat noué en 2015 avec Bosch Engineering autour d’outils de monitoring des trains et des marchandises qu’ils transportent.

CFF Cargo se dit enfin «prête à investir 10 millions de francs dans le perfectionnement de son personnel afin de le préparer à l’utilisation des nouvelles technologies.» Pas sûr que cela suffise à apaiser des syndicats qui se disent scandalisés par ces annonces.

Webcode
DPF8_83094