Lutte contre la cybercriminalité

La police suisse se joint à un projet international d’aide aux victimes de ransomware

| mise à jour

La police fédérale a rejoint l’initiative «No more ransom!», pilotée notamment par Europol et Kaspersky Lab. La plateforme web du projet propose des outils gratuits pour éviter de devoir verser une rançon aux cybercriminels.

(Source: www.nomoreransom.org)
(Source: www.nomoreransom.org)

Les polices de treize états supplémentaires, dont la Suisse, ont rejoint le projet «No more ransom!» qui vient en aide aux victimes de ransomware (logiciels malveillants de demande de rançon). Pilotée notamment par Europol, Kaspersky Lab et Intel Security, l’initiative regroupe des entreprises spécialisées dans la cybersécurité et des forces de l’ordre internationales. L’objectif est de prévenir les utilisateurs contre ce type de cyber-attaques et de les aider en cas d’intrusion avérée.

Les ransomware agissent en bloquant l’accès par chiffrement aux données personnelles d’un PC ou appareils mobiles infectés. Une demande de rançon (souvent en Bitcoin) est ensuite formulée comme condition pour rétablir l’accès. Le projet «No more ransom!» met pour l’heure à disposition du public cinq outils gratuits de déchiffrement de fichiers bloqués par plusieurs logiciels de rançon connus: CoinVault, WildFire, Shade, Rannoh et Rakhni. Dans un communiqué, Kaspersky Lab avance qu’en deux mois, la plateforme et les outils qu’elle fournit a permis à 2'500 victimes de récupérer l’accès à leurs données sans devoir verser de l’argent aux cybercriminels. La somme totale qui aurait sinon dû être versée atteindrait environ 1 million de dollars.

La City de Londres particulièrement touchée

Les cybercriminels ciblent couramment les banques avec des ransomware. Selon la firme spécialisée en sécurité IT Malwarebytes, la City de Londres est la zone la plus touchée d’Europe par ce phénomène. Les bureaux du quartier financier de la capitale britannique aurait subi 10'500 attaques de ce type en une année, soit 670% de plus que la ville britannique de Manchester, la seconde région la plus ciblée en Europe.

Webcode
DPF8_9867