Start-up

Gamaya lève 3,2 millions de francs

| mise à jour
par helenel

Le système de drone pour la surveillance des cultures de Gamaya a séduit les investisseurs. La start-up est parvenue à lever 3,2 millions de francs auprès notamment de la Fondation Sandoz et de Seed4Equity.

(Quelle: Gamaya)
(Quelle: Gamaya)

Gamaya a vraiment le vent en poupe (lire l'interview de son CEO). La semaine dernière, elle a reçu le prix W.A. de Vigier doté de 100'000 francs. Elle fait aussi partie de la première volée du MassChallenge Switzerland, qui se tiendra cet été à Renens. La spin-off de l'EPFL est cette fois parvenue à lever 3,2 millions de francs. Gamaya, qui commercialise un système de drone pour la surveillance des cultures, a séduit la Fondation Sandoz, Peter Brabeck-Letmathe, Seed4Equity ainsi que la société de capital risque suisse IV Partners.

Grâce à une caméra hyperspectrale miniature fixée sous un drone et l’intelligence artificielle, la solution de la start-up permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs plantations de manière extrêmement précise. Elle permet de limiter l’épandage des herbicides, de pesticides ou d’engrais aux zones qui en ont besoin et ainsi, de faire des économies. Elle est accessible pour les plantations de soja, de maïs et de canne à sucre, explique Yosef Akhtman, CEO de la start-up: «Avec un marché potentiel de 5 milliards de dollars, c’est en Amérique latine que nous visons nos premiers clients. Notre solution laisse envisager une augmentation du bénéfice jusqu’à 30% en permettant aux exploitants de réagir vite et avec parcimonie.» Le système a d’ailleurs déjà été testé avec succès par des agriculteurs au Brésil.

Webcode
8261

Kommentare

« Plus