Enquête

Un quart des jeunes suisses romands peuvent se passer d’internet pendant une semaine

| mise à jour

Pour les jeunes de Suisse romande, internet est indispensable. Une majorité estime passer trop de temps en ligne, mais un bon nombre d’entre eux se disent capables de déconnecter.

La perspective d’un monde sans internet rend très heureux 39% des jeunes suisses romands, dont un quart se dit aujourd’hui capable de vivre déconnecté durant une semaine ou plus. (Source: Pexels)
La perspective d’un monde sans internet rend très heureux 39% des jeunes suisses romands, dont un quart se dit aujourd’hui capable de vivre déconnecté durant une semaine ou plus. (Source: Pexels)

Publiée à l’occasion de la deuxième Journée suisse du digital, une enquête de l'institut MIS Trend révèle que pour les jeunes de Suisse romande, internet est considéré comme un plaisir mais aussi comme un outil indispensable. Commandée par la chaîne Couleur 3 de la RTS, cette étude consacrée à la cyberdépendance se base sur un sondage mené auprès de 508 Romands, âgés entre 15 et 35 ans.

L’e-mail et Whatsapp indispensables

L’enquête montre qu’internet est entre autres jugé indispensable pour la vie sociale et le partage avec les amis. Les outils numériques s’imposent aussi comme une nécessité pour le travail et la formation. Ainsi, plus de deux tiers des sondés considèrent ne pas pouvoir se passer de l’e-mail ni de Whatsapp, l’application sur laquelle les jeunes suisses romands passent le plus de temps.

En dépit de cette dépendance, la moitié des sondés se déconnecte souvent ou parfois et parmi ceux-ci, un tiers le fait seulement si les circonstances l’obligent (avion, cours). Si 14% des jeunes de Suisse romande ne se sentent pas capables de rester déconnectés plus de 5 heures, ils sont tout de même un quart à prétendre y parvenir durant une semaine ou plus.

Trop de temps sur internet

Près de deux tiers des jeunes interrogés admettent passer trop de temps sur internet mais seulement 21% pense que cet usage est problématique. Au final, 39% des sondés seraient même très heureux de vivre un retour vers un monde sans internet. Cette perception négative des outils connectés s’inscrit dans une tendance forte, à l’heure où l’impact environnemental et social du numérique suscite toujours plus de méfiance.

Tags
Webcode
DPF8_112989