L’Evénement Connecté

Le salon LEC fait mouche avec un «ERP Contest» rythmé et informatif

| mise à jour

Les 9 et 10 avril s’est tenu à Genève l’Evénement Connecté (le LEC). Le salon a proposé un programme éclectique et complémentaire, dont un «ERP Contest» qui a confronté six éditeurs forcés d’aller droit au but.

L’Evénement Connecté (le LEC) porte bien son nouveau nom. Les 9 et 10 avril à Palexpo (Genève), l’ancien salon eCom (et rendez-vous associés) a proposé un programme de conférences et tables rondes à la fois éclectique et complémentaire, dressant des ponts entre des thématiques telles que le cloud, la cybersécurité, le big data, le marketing digital et l’e-commerce. Une plongée dans les enjeux de la transformation numérique des entreprises qui a réuni 3'681 visiteurs, soit 423 de moins qu’en 2018. Cette baisse d'affluence, après 9 ans de croissance à deux chiffres, n’alarme pas l’organisateur Yannick Bazin, qui relève une amélioration de la qualité d’un visitorat répondant toujours mieux aux attentes: «Les exposants trouvent leur public et se créent de nouvelles relations business. C’est à mes yeux le plus important.» L’organisateur note aussi une nette amélioration esthétique de l’ensemble du salon, les exposants mettant en place des stands toujours plus attrayants. Autres points positifs: les succès rencontrés par les tables rondes, qui ont attiré un public nombreux, et par «l’ERP Contest», un concept inspiré de ce que propose le salon suisse alémanique Topsoft.

Des discours qui vont droit au but

«Je ne m’attendais pas à que cet ERP Contest attire autant de monde», se réjouit l’organisateur. Cette session des plus originales a fait salle comble et retenu l’attention du public pendant 90 minutes, grâce à une formule ne tolérant aucune baisse de rythme. Assis côte à côte, les représentants de six éditeurs d’ERP n’avaient tour à tour qu’une minute - et pas une seconde de plus - pour répondre aux questions posées par Stéphanie Fontugne, fondatrice et CEO de la société de conseil Boostpartners. A qui s’adresse votre solution et quels processus couvre-t-elle? Quelle durée de déploiement et quels coûts prévoir? Quels sont les facteurs clés pour assurer le succès du déploiement? Dans leurs réponses, les éditeurs Abacus, BMC, Odoo, Oracle, Proconcept et SAP sont tant bien que mal parvenus à aller droit au but en dotant leurs descriptions et arguments de vente d'une concision bienvenue. Les questions du public ont suivi celles de la modératrice qui a su respecter une stricte égalité de temps de parole, n’hésitant pas à couper les intervenants au milieu d’une phrase.

Points forts mis en avant

Le public a pu se faire une idée assez précise des avantages des différentes solutions présentées. Le descriptif des fonctionnalités propres à chacune aurait néanmoins gagné à être accompagné de supports visuels. Mais au final, chaque éditeur a su mettre en avant ses points forts et particularités. Mentionnons, sans être exhaustif, le réseau de fiduciaires partenaires d’Abacus, le focus de BMC sur l'accompagnement et la proximité avec les clients, l’héritage open source d’Odoo contrastant avec la mise en avant par Oracle d’un stack de technologies propriétaires, sans oublier l’expérience du secteur de l'industrie et des PME suisses romandes de Proconcept. Quant à SAP, son représentant quelque peu bravache a pris un malin plaisir à ne jamais répondre tout à fait aux questions, se rêvant apparement en disrupteur du marché des ERP.

Tags
Webcode
DPF8_134738