Cloud gaming

Google inaugure-t-il l’ère du gaming dominé par les hyperscalers?

| mise à jour

Google a annoncé le lancement prochain de Stadia, un service de jeux vidéo en streaming étroitement intégré à Youtube. Le géant du web promet de nombreux avantages, tant pour les gamers que pour les concepteurs de jeux.

La manette dédiée au service de jeux vidéo en streaming Stadia. (Source: Google)
La manette dédiée au service de jeux vidéo en streaming Stadia. (Source: Google)

L’avenir du gaming appartient-il aux hyperscalers? Avec les ressources phénoménales dont ils disposent via leurs infrastructures cloud, leur service de jeux vidéo en streaming pourraient reléguer au musée les consoles de jeux type PlayStation et Xbox. Les leaders du cloud y travaillent, Google en tête, qui vient d'annoncer le lancement prochain de Stadia. Ce service de gaming en streaming va débarquer plus tard dans l'année aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans une grande partie de l’Europe.

Etroitement intégré à Youtube

S'appuyant sur le réseau mondial de centres de données de Google, Stadia permettra d’avoir un accès instantané à des jeux via une connexion web sur n’importe quel type d’écran (laptop, ordinateur de bureau, tablette, téléphone portable, téléviseur). Au lancement du service, la firme de Mountain View ambitionne de proposer des résolutions allant jusqu'à 4K et 60 images par seconde en HDR et son surround. Disposant d’une manette dédiée dotée d’une connectivité Wifi, Stadia sera étroitement intégré avec les autres services de Google, spécialement avec Youtube, où un bouton «Jouer» s'affichera en lien avec les nombreux contenus liés aux jeux vidéo présents sur la plateforme (trailers, livestream, etc.)

«Une pile matérielle puissante»

Pour Google, le cloud gaming se basant sur son écosystème présente de nombreux avantages, tant pour les gamers que pour les concepteurs de jeux: «Les joueurs disposeront en permanence d’une plate-forme à la pointe de la technologie, tandis que les développeurs auront accès à des ressources quasi illimitées pour créer les jeux de leurs rêves. Grâce à une pile matérielle puissante combinant processeur, mémoire vive, stockage et processeur graphique de type serveur, ainsi qu'à la puissance de l’infrastructure des centres de données de Google, Stadia pourra évoluer aussi rapidement que l’imagination des créateurs de jeux.»

Quid de la latence?

Le service Stadia va-t-il réellement proposer une expérience vidéoludique satisfaisante dès sa sortie? Sur la Toile, de nombreux spécialistes en doutent. Google n’a pas donné de détails sur la bande passante nécessaire pour bénéficier d’une diffusion de jeux sans que la latence ne devienne problématique. Il est probable que le service ne fonctionne bien qu’en disposant d’une connexion à très haut débit. Et pour profiter au mieux de Stadia sur un smartphone, il sera certainement nécessaire d’attendre la 5G.

Stadia a de la concurrence

Stadia n’est pas le premier service de cloud gaming à débarquer sur le marché. Outre l’offre Shadow de la start-up française Blade, Sony propose PlayStation Now (sur la PS4 mais aussi sur Windows) et Nvidia a dégainé une offre similaire, GeForce Now, pour Mac et PC. En parallèle à Google, les autres géants du cloud souhaitent se lancer sur le créneau du gaming en streaming. Microsoft a déjà dévoilé le projet xCloud, dont les premiers test publics sont attendus pour cette année. Et selon d'insistantes rumeurs, Amazon serait aussi sur le coup et préparerait un service de jeux vidéo en streaming s'appuyant sur le cloud d’AWS.

Tags
Webcode
DPF8_131256