Transformation de Facebook

Zuckerberg: encore des paroles… à quand des actes?

| mise à jour

Dans un long billet, Mark Zuckerberg expose les grands principes qu’il compte suivre pour faire de Facebook une plateforme axée sur la protection de la vie privée. Mais rien n’est dit sur leur mise en oeuvre, ni sur le sort réservé au coeur du modèle d’affaires du réseau social.

Mark Zuckerberg lors de la keynote de la conférence F8 2018. (Source: Facebook)
Mark Zuckerberg lors de la keynote de la conférence F8 2018. (Source: Facebook)

Mark Zuckerberg entend transformer le fonctionnement de Facebook de fond en comble. Le milliardaire a publié un long billet pour expliquer le virage à 180 degrés qu’il compte faire prendre au réseau social en matière de protection des données personnelles. Des propos qui résonnent avec ceux souvent tenus ces derniers mois par le fondateur de Facebook, dans l'intention de redorer le blason d’une entreprise toujours plus pointée du doigt pour non-respect de la privacy de ses utilisateurs.

Des doutes légitimes

Il apparaît que Mark Zuckerberg a au moins conscience que ses promesses de changement ont de quoi susciter des doutes. Jugez plutôt: «Je comprends que beaucoup de gens ne pensent pas que Facebook puisse ou veuille créer ce genre de plateforme axée sur la protection de la vie privée, parce que, franchement, nous n'avons pas actuellement la réputation d'établir des services axés sur la protection de la vie privée, et nous nous sommes toujours concentrés sur des outils permettant un partage plus ouvert.» Effectivement… Les doutes sont légitimes quand on sait que Facebook a construit son modèle d’affaires sur la captation continue de l'attention de ses membres et la monétisation des données qu’ils partagent via la publicité ciblée.

Les principes dans les grandes lignes

Comment Mark Zuckerberg compte-t-il transformer la place publique qu’est aujourd'hui Facebook, selon ses propres termes, en espace plus intime à l’image d’un salon? En matière de privacy, il s’agira de se calquer sur Whatsapp et Snapchat, en donnant la priorité aux fonctionnalités de messagerie privée, ainsi qu’en réduisant la durée de stockage et d'accessibilité des messages publiés. L’idée consiste également à introduire le chiffrement de bout en bout, mais en trouvant un système qui garantit la sûreté et n'enfreint pas les moyens permettant de lutter contre la criminalité ou autres actes malveillants. Confirmant ses intentions d’unifier WhatsApp, Instagram et Messenger dans une même plateforme technique, Mark Zuckerberg prévoit de rendre ces différents services interopérables. Un plan d’intégration des données personnelles entre plateformes qui, paradoxalement, ne vont pas sans poser des questions relatives à la protection de la vie privée.

Mise en oeuvre pas détaillée

A l’image de précédentes déclarations d'intention, le billet de Mark Zuckerberg jette de grands principes sans beaucoup détailler comment la transformation annoncée sera mise en oeuvre. L'entrepreneur précise: «L'application de ces principes n'est que la première étape de l'élaboration d'une plateforme sociale axée sur la protection de la vie privée. Au-delà de cela, il faut réfléchir sérieusement à tous les services que nous construisons sur cette base…» Alors que les plans exposés vont clairement à l’encontre du modèle d’affaires sur lequel Facebook a érigé son empire, rien n’est dit concernant le sort des activités de collecte des données privées au service de la publicité ciblée...

Reste donc à voir quels principes annoncés par le fondateur de Facebook seront mis en oeuvre. Et comment le changement effectué répondra aux attentes d'utilisateurs chez qui les préoccupations en matière de vie privée ont eu un impact réel sur le comportement en ligne.

Tags
Webcode
DPF8_129140