Sphère privée

Facebook veut unifier WhatsApp, Instagram et Messenger

| mise à jour

A l’occasion de la Journée de la protection des données, Facebook a communiqué des initiatives en la matière. Mais ces annonces sont quelque peu ternies par des informations du New York Times, qui révèle que Facebook projette d’intégrer les données de WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger au sein d’une même plateforme technique.

Mark Zuckerberg sur scène à la F8 Developers Conference 2015 de Facebook. (Source: Maurizio Pesce/CC BY 2.0)
Mark Zuckerberg sur scène à la F8 Developers Conference 2015 de Facebook. (Source: Maurizio Pesce/CC BY 2.0)

Facebook ne semble plus être à un paradoxe près… Pour marquer la Journée de la protection des données, la firme de Mark Zuckerberg scande une nouvelle fois haut et fort que la protection de la sphère privée est une question qu’elle prend on ne peut plus au sérieux. Sur une durée de deux semaines, le réseau soleil va inciter ses utilisateurs à vérifier leurs paramètres de confidentialité. Dans un billet de blog, le Chief Privacy Officer de Facebook explique qu’il est important que les membres du réseau social passent périodiquement en revue les paramètres contrôlant qui peut voir leurs messages et informations de profil, ainsi que les applications et sites web auxquels Facebook se connectent.

Avec cette annonce, la firme persiste dans sa campagne de communication visant à se réhabiliter aux yeux du grand public, après les différents scandales qui l’ont touché ces derniers mois. Le Chief Privacy Officer en rajoute une couche en déclarant: «Cette année, nous allons en faire plus pour expliquer comment Facebook utilise les données des gens et leur fournir plus de transparence et de contrôle». Hélas pour la firme, l’annonce fait pschitt… La faute à de nouvelles révélations du New York Times.

Vers une convergence des données des messageries Facebook

Le New York Times a révélé que Facebook a l’intention de faire fusionner la plateforme technique de ses applications de messagerie et réseautage: à savoir WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger. Se basant sur les témoignages anonymes de collaborateurs impliqués dans le projet, le New York Times souligne que cette intégration permettra aux utilisateurs de communiquer d’une application à l’autre. Mais le projet, qui pourrait aboutir d’ici fin 2019-début 2020, soulève surtout des questions en matière de protection de la vie privée car les données des utilisateurs pourraient être partagées entre les services. Des liens pourraient par exemple être faits entre l’identifiant WhatsApp basé sur un numéro de téléphones et l’identité des utilisateurs sur Facebook Messenger. Dans sa réponse adressée au New York Times, Facebook n’entre pas dans les détails concernant la nature de l’intégration envisagée, se contentant de préciser que le projet suscite de nombreux débats en interne. Et d’ajouter: «Nous nous efforçons de chiffrer davantage nos produits de messagerie de bout en bout et d'envisager des moyens de faciliter la communication avec les amis et la famille sur les réseaux.»

Recettes publicitaires et nouveaux services

Les objectifs de Facebook vont probablement plus loin que celui d’offrir un meilleur service à ses utilisateurs. En rassemblant les données de WhatsApp, Instagram et Facebook Messenger, Mark Zuckerberg espère garder les utilisateurs engagés au sein de l'écosystème Facebook. Il s’agirait aussi de réduire l’attrait des apps concurrentes, d'augmenter les recettes publicitaires et d'ajouter de nouveaux services générateurs de revenus, selon les sources du New York Times.

Outre les questions relatives à la protection des données, ces plans reviennent sur les promesses tenues au moment des acquisitions de WhatsApp et Instagram, qui devaient rester indépendantes de la maison-mère. Voilà qui expliquerait les démissions, en 2018, des fondateurs de ces deux applications…

Tags
Webcode
DPF8_123424