Femmes dans l'IT

L’intelligence artificielle: ennemie ou alliée des femmes?

| mise à jour

L’intelligence artificielle prend une place de plus en plus importante dans l’informatique d’entreprise et le numérique. Pour empêcher des algorithmes biaisés, il importe que des femmes participent à leur conception, sans compter qu’elles ont des prédispositions pour le domaine.

(Source: Pixabay)
(Source: Pixabay)

En 2014, l’équipe derrière les logiciels intelligents d'Amazon a été chargée de créer un algorithme capable d’identifier les meilleurs talents parmi les tonnes de CV que reçoit l’entreprise de Jeff Bezos. Problème: l’intelligence artificielle qui attribuait de une à cinq étoiles aux candidats n’aimait pas les femmes, révèle Reuters.

Comme tout algorithme apprenant, ce software RH a été entraîné sur des jeux de données existantes, en l’occurrence les CV reçus par l’entreprise sur 10 ans et ceux qui ont été retenus. Comme la tech est un secteur très masculin, la machine n’a vu passer que très peu d’embauches féminines sur les postes de développeurs et autres métiers techniques. Et elle en a déduit que son job était de sélectionner des hommes.

Le géant du e-commerce s’est rendu compte de ce biais sexiste dès 2015. Le logiciel pénalisait les candidatures qui contenaient le mot femme ou ses dérivés comme les termes «capitaine de club d’échecs féminin», selon les sources anonymes de Reuters qui indiquent aussi qu’il avait laissé de côté deux CV envoyés par des diplômées d’écoles réservées aux femmes. Après une tentative d’ajustement, l’entreprise de Seattle a finalement abandonné ce projet au début de l’année 2017.

Les atouts des femmes dans l’IA

L’anecdote du robot recruteur d’Amazon montre combien les systèmes intelligents reproduisent les biais présents dans leurs données d’entraînement. D’où l’importance que des femmes participent à leur conception, ainsi qu’à la sélection et à l’étiquetage des exemples qu’ils ingurgitent.

Par ailleurs, les femmes disposent de compétences sociales et de communication particulièrement utiles dans le domaine de l’IA. «La conception d’applications intelligentes de type chatbot demande à la fois un développement informatique et un développement cognitif, pour donner un côté plus humain à l’app», relève Anaig Maréchal, Artificial Intelligence Technical Specialist chez Microsoft.

Une étude récente menée par Microsoft et EY dans 15 pays européens dont la Suisse, montre ainsi qu’il existe une corrélation entre la maturité des entreprises en matière d’intelligence artificielle et les compétences émotionnelles et sociales dont elles disposent en leur sein.

Les atouts de l’IA pour les femmes

Si le développement de l’intelligence artificielle nécessite des femmes, c’est aussi une opportunité pour ces dernières de faire carrière dans un domaine en plein essor et peu stéréotypé. Comme l’illustrent les témoignages de data scientists épanouies rassemblés dans cette édition. En outre, l’intelligence artificielle n’étant pas réservée aux diplômés en informatique, elle pourrait attirer davantage de femmes. En effet, selon une étude qui a analysé les parcours de 1000 data scientists sur Linkedin, 31% d’entre eux ont suivi des cursus en sciences économiques et sociales ou en sciences naturelles, des branches où l’on trouve autant d’étudiantes que d’étudiants dans les universités suisses (voir graphique). Enfin, en s’engageant dans le domaine, les femmes peuvent contribuer à ce que les algorithmes deviennent leurs alliés et prenne des décisions équitables dans leurs innombrables applications.

Webcode
DPF8_118103