LegalTech

Le cabinet d’avocats MLL vendra des documents juridiques automatisés sur la plateforme PartnerVine

| mise à jour

L’Etude d’avocats Meyerlustenberger Lachenal (MLL) rejoint la plateforme zurichoise PartnerVine, qui commercialise des documents juridiques de fusion et acquisition automatisés et prêts à l’emploi. D’ici la fin de l’année, une quarantaine de modèles juridiques seront disponibles en trois langues.

D'ici la fin de l'année, 40 contenus fournis par MLL seront disponibles en 3 langues.
D'ici la fin de l'année, 40 contenus fournis par MLL seront disponibles en 3 langues.

L’Etude d’avocats Meyerlustenberger Lachenal (MLL) met en vente des documents juridiques de fusion et acquisition automatisés. Ces derniers seront disponibles en trois langues, à savoir l'anglais, l'allemand et le français d’ici la fin de l’année. La création des documents automatisée a pour but de permettre de rationaliser les flux de travail internes et de vendre des documents juridiques prêts à l’emploi, explique le cabinet d’avocats qui possède des bureaux à Genève, Lausanne, Zurich, Zoug et Bruxelles. MLL se prépare ainsi la digitalisation progressive du secteur juridique. «À une époque où l’on prédit la fin du métier de juriste tel qu’on le connaît, MLL prend des mesures concrètes pour ouvrir la voie à l’expansion de son modèle d’affaires», a commenté Lukas Bühlmann, associé Digital, Data Privacy & E-Commerce de MLL.

Une plateforme suisse

MLL est le premier cabinet d’avocats à s’associer à PartnerVine, mais la plateforme compte depuis sa création avec la collaboration du cabinet de conseil PwC. Les deux fournisseurs de contenu utilisent en outre le même logiciel d’automatisation de documents avant que ces derniers ne soient mis à la disposition du public via PartnerVine, à savoir Doc-GenTM d’Exari. Lancée en octobre dernier dans sa version bêta, PartnerVine commercialise des documents juridiques suisses générés automatiquement, après que l’utilisateur ait complété un formulaire en fonction de ses besoins.

Le lancement de cette première version a pour but de recevoir les feedback des utilisateurs, de bâtir une communauté et d’améliorer l’offre, explique PartnerVine. Durant sa phase bêta, PartnerVine ne vendra toutefois pas ses documents aux clients maintenant une relation d’affaires avec PwC.

Webcode
DPF8_73712