Transports

EY va-t-il uberiser Uber avec la blockchain?

| mise à jour

EY dévoile Tesseract, une solution de gestion globale pour écosystème de mobilité basée sur la technologie blockchain.

(Source: Pexels/CC0)
(Source: Pexels/CC0)

Le cabinet de consulting EY va lancer Tesseract, un projet de plateforme blockchain de gestion des transactions pour le secteur des transports. EY précise que la plateforme vise à fournir, par exemple, une gestion transparente d’une propriété partagée de véhicules, ainsi que d’une utilisation partagée ou à la demande. Le concept de Tesseract consiste à réunir sur une même plateforme, autorégulée par la blockchain, les parties prenantes telles que les équipementiers, les entreprises de services de transport, les villes ou encore les fournisseurs d'infrastructures.

Randy Miller, responsable du segment EY Global Automotive & Transportation, explique que Tesseract pourra profiter à tous les acteurs concernés dans l'écosystème de la mobilité: il s’agit de mettre en place les bases d’un écosystème pour une mobilité «as-a-Service». EY veut-il alors uberiser Uber? La question se pose puisque le cabinet de consulting précise qu’avec Tesseract, les usagers pourront avoir un accès «à la demande» au bon véhicule en fonction du voyage prévu.

Avec Tesseract, les véhicules et les voyages sont enregistrés numériquement sur la blockchain. Les transactions sont réglées automatiquement entre les propriétaires, les opérateurs et les fournisseurs de services tiers via un système de paiement basé sur l’usage, précise EY. Selon Reuters, le cabinet va lancer Tesseract au prochain trimestre avec un partenaire dont l’identité n’a pour l’heure pas été divulguée.

Webcode
DPF8_55647