Billetterie novatrice

Marc Mazzariol, SecuTix: «Pour le prochain Paléo Festival nous basculerons sur Ethereum»

| mise à jour

Lors de l’édition 2018 du Paléo Festival, SecuTix va poursuivre les essais d’un système de billet 100% digital exploitant la technologie blockchain. VP Product chez SecuTix, Marc Mazzariol détaille la genèse de cette solution et le lot de promesses qu’elle apporte.

Filiale d’Elca, l’éditeur de solutions de billetterie SecuTix continue de collaborer avec le Paléo Festival pour tester un système résolument novateur exploitant une app mobile et la blockchain. Objectif: digitaliser de bout en bout la commercialisation des billets d’événements en tout genre, afin de lutter contre la revente frauduleuse en contrôlant et en sécurisant le processus d’émission, de transfert et d’activation des billets tout en gardant la traçabilité des spectateurs . Un premier projet pilote, mené sur un échantillon test lors de l’édition 2017 du plus grand des festivals romands, a permis de vérifier que le concept était fonctionnel en impliquant 200 responsables de stands, environ 1'500 employés sur 6 jours, pour un total de près de 10’000 billets émis sur les 210'000 au total pour le festival. Concluante, l’expérience sera reconduite cet été. Probablement à plus grande échelle et en faisant cette fois appel à la blockchain Ethereum, explique Marc Mazzariol, VP Product chez SecuTix, qui revient ici en détails sur le développement de la solution.

Qu’est-ce qui a motivé SecuTix à développer une solution de billetterie intégrant la technologie blockchain?

La revente frauduleuse de billets et les enjeux de sécurité qui en découlent sont des problèmes intrinsèques au secteur de la billetterie depuis des années. Pourtant, aucun moyen de les résoudre n’a encore été mis en place. L’industrie ne doit plus se contenter de pointer du doigt les fraudeurs mais assumer sa part de responsabilité, en développant des solutions capables de contrer la fraude, de contrôler les identités et réguler le marché des plateformes de revente de billets sur internet. Les billets électroniques en PDF sont si simples à dupliquer… Cependant, un processus qui combinerait contrôle du billet et de l’identité, comme dans les transports aériens, me paraît trop contraignants pour des événements festifs. Dans ce contexte, nous avons imaginé une solution innovante de billet 100% digital, dont la blockchain n’est qu’une des composantes.

Comment votre billet purement digital permet-t-il de lutter contre la fraude?

Le déclic a eu lieu en considérant le fait qu’un billet est en réalité la matérialisation d’un contrat lié à des transactions. Notre solution basée sur une app mobile permet de gérer les ventes et reventes, mais sans qu’aucun billet ne soit généré à ce stade des transactions. Activé via Bluetooth ou NFC, le code d’accès ne s’affichera dans l’app qu’au moment du contrôle. En passant ainsi d’un billet électronique imprimable à un billet purement digital, on s’attaque aux problèmes de fraude à la source.

Qu’apporte précisément la blockchain dans ce système?

Il me paraît important de souligner que beaucoup d’expérimentations avec la blockchain s’inscrivent dans un effet de mode. Bien souvent, la manière dont la technologie est exploitée n’apporte rien de plus que ne le ferait une base de données classique. Mais ce n’est pas le cas de notre projet, pour lequel seule la blockchain répond exactement aux fonctionnalités recherchées. Alors que la digitalisation du billet évite de le voir copier et revendu n’importe où, la blockchain permet de réguler ce second marché en faisant office de base de données comparable à un stock commun de tous les billets d’un événement. Ce registre décentralisé et les contrats intelligents qui y sont inscrits offrent une traçabilité et permettent à l’organisateur de réguler les échanges, en déterminant ses propres conditions, par exemple une marge maximale lors d’une revente. La nature publique de ce registre est primordiale pour s’assurer la confiance de toutes les parties prenantes.

Faites-vous appel à la blockchain publique d’Ethereum?

C’est notre intention. Les premières preuves de concept, dont celle réalisée à Paléo en 2017, se basait sur la blockchain privée Hypeledger qui, à l’époque, se prêtait davantage à ce type de pilote à durée déterminée. Mais pour la prochaine édition de 2018, nous basculerons sur Ethereum, que nous pourrons dans un premier temps tester en mode privé avant d’envisager un déploiement public dans le cas d’un lancement général de la solution sur le marché.

Votre système de billet digital a-t-il des chances d’être adopté rapidement sur le marché?

Il est trop tôt pour le dire. Mais les avantages pour les organisateurs me paraissent clairs, puisque ce système vient combler l’absence actuelle de régulation du marché des billets. La solution leur permettrait de maîtriser leur public, leur image, les prix et les canaux de distribution. De plus, le système reposant sur une app mobile, il contribue à une digitalisation du public, avec des perspectives intéressantes. Proposer par exemple de nouveaux services à valeur ajoutée qui passeraient par une seule et même app. La solution est donc prometteuse mais des obstacles existent. La technologie blockchain pose par exemple des défis en matière de performance, de consommation énergétique ou de conformité aux règlements sur la protection des données.

Webcode
DPF8_85012