Retards

Gros fail dans la construction de datacenters de l'armée suisse

| mise à jour

Deux projets de datacenters sécurisés de l'armée suisse prennent cinq ans de retard à cause d’une grave erreur de construction et d’un emplacement peu approprié.

(Source: VBS/DDPS - ZEM)
(Source: VBS/DDPS - ZEM)

Nouveau raté pour l'informatique fédérale: la construction de datacenters pour l’armée suisse prend du retard. Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) construit trois centres de données, pour un coût d'investissement total de 980 millions de francs. Deux des centres de calcul, intégralement protégés, visent à assurer la sécurité informatique et la protection des données sensibles de l’armée. Tel que défini dans la stratégie informatique partielle 2012–2025 du DDPS, les deux centres de calcul à vocation purement militaire (Fundament et Kastro II) seront équipés d’une protection intégrale pour garantir l’engagement des applications et des systèmes importants pour l’armée, ainsi qu’une haute protection des données et des systèmes contre d’éventuelles actions offensives.

Report de cinq ans

Dans son dernier rapport sur ses projets, le DDPS mentionne que l'exploitation complète de ces nouveaux datacenters est reportée de cinq ans. L'exploitation du centre Fundament, initialement prévue dès 2018, doit se terminer en 2020. Le rapport du DDPS explique ce report par la démission du concepteur général. Concernant le centre Kastro II, il ne sera pas terminé avant 2028 (au lieu de 2023).

Une enquête de la SRF vient apporter des détails sur les causes du report de ces projets visant à satisfaire les besoins en matière de protection militaire. Le datacenter Fundament, installé dans un grotte à un endroit secret, a connu des problèmes dans la construction du socle de base, lequel a dû être complètement démonté et est en cours de reconstruction. Au sujet du projet Kastro II, il apparaît qu’un nouveau site doit être trouvé. Le DDPS n’a pas confirmé, mais il semblerait que le premier site envisagé était celui de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz, dont un groupe d’experts a récemment réévalué à la hausse le risque d’explosion des restes de munitions enfouis.

Tags
Webcode
DPF8_140974