en collaboration avec Alp ICT

Les écrans tactiles n’ont pas fini de nous surprendre…

| mise à jour
par Hélène Lelièvre

Ordinateurs, tablettes, téléphones mais aussi appareils photos, imprimantes, le tactile est toujours plus présents dans les objets du quotidien. Certains imaginent déjà une nouvelle génération d’écrans en relief ou encore couvrant l’entier du boîtier des téléphones.

Prototype développé dans les Nokia Research Center, le Nokia GEM est tactile sur toute sa surface.
Prototype développé dans les Nokia Research Center, le Nokia GEM est tactile sur toute sa surface.

A l’heure où le virtuel prend une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne des particuliers et des entreprises, le tactile a envahi les appareils. Selon certains experts, en utilisant ses doigts pour naviguer sur son smartphone, l’utilisateur rend l’objet virtuel plus concret. Il a un contact direct avec le contenu de l’écran. Les constructeurs ont bien perçu cet engouement. Ainsi pour fêter le vingt-cinquième anniversaire des Nokia Research Center, le constructeur finlandais a imaginé le téléphone de demain, un appareil définitivement tactile. Le concept, baptisé Nokia GEM, est doté d’un écran tactile sur toute la surface du boitier (face avant et face arrière). L’utilisateur choisit lui-même l’emplacement des différents éléments et il n’existe plus aucune touche dédiée, chaque espace de l’appareil peut devenir une touche virtuelle.

Une sensation de relief sous le doigt

De leur côté, les chercheurs du Laboratoire d’actionneurs intégrés (LAI), une unité de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne située à Neuchâtel, ont inventé une nouvelle génération de surface tactile, donnant à son utilisateur la sensation d’un relief sous son doigt. Pour Christophe Winter, doctorant au LAI qui prépare sa thèse sur le sujet, les surfaces tactiles actuelles portent mal leur nom, car elles n’offrent en fait qu’un retour auditif et visuel: «Avec cette invention, nous ajoutons véritablement le sens haptique, c’est-à-dire du toucher, aux surfaces tactiles.» Certaines zones peuvent en effet changer de texture sous le doigt de l’utilisateur. Destinée aux smartphones, aux ordinateurs, aux distributeurs automatiques, cette technologie doit permettre d’améliorer l’ergonomie des appareils en ajoutant un nouveau degré d’information. La lecture des documents ou des pages internet pourra ainsi être enrichie et l’attention des lecteurs pourra être guidée vers certains éléments. L’accès des personnes malvoyantes aux smartphones et autres appareils électroniques devrait également être facilité. Autre application possible: les jeux vidéo qui devraient ainsi devenir plus ludiques.
Techniquement, les chercheurs utilisent un matériau qui se met à vibrer lorsqu’une tension électrique lui est appliquée. Grâce à cette propriété, appelée piézoélectricité, l’élément se dilate puis reprend sa forme initiale, le tout à un rythme très rapide et à une échelle nanométrique. Malgré leur échelle, ces vibrations créent un léger film d’air entre la surface et le doigt, procurant ainsi une sensation de relief à l’utilisateur.

Des appareils flexibles pour plus de résistance et un contrôle plus ludique

Autre concept développé par les Nokia Research Center: le Nokia Kinetic Device. Il s’agit d’un smartphone entièrement flexible. Une propriété relativement intéressante dans la mesure où l’écran reste le maillon faible de ces appareils. Ce modèle est donc plus résistant aux chocs. Mais la flexibilité est aussi un atout pour contrôler le smartphone. Ainsi en pliant vers l’avant ou vers l’arrière l’un des coins du mobile, il est possible de zoomer, de choisir un morceau de musique ou d’en avancer sa lecture… Chez Samsung, l’écran flexible est aussi dans les cartons. Le constructeur a présenté un prototype de smartphone doté de ce type d’écran l’an dernier. Son film souple s’adapte en permanence à l’usage et naturellement, cet écran est aussi tactile. Les premiers smartphones équipés de cette technologie sont attendus dans le courant de l’année.

 

Kommentare

« Plus