Femmes dans l’IT

«J’encourage les femmes à assumer des rôles de leadership»

| mise à jour

A la tête de l’informatique de l’Ecole hôtelière de Lausanne, Julia Aymonier constate que les femmes doivent davantage prouver que les hommes pour faire carrière dans l’IT. Elle estime que les femmes disposent de compétences de communication particulièrement utiles dans le domaine et cherche à accroître leur présence au sein de son organisation.

Quelle est votre expérience de carrière dans l’informatique en tant que femme?

J’ai étudié l’informatique à l’université au début des années 80 et nous étions quatre femmes sur une classe de 450. Trouver un emploi après cela n’a pas été difficile, mais à chacun de mes jobs j’ai dû prouver que je savais de quoi je parlais, alors que mes collègues masculins n’étaient jamais questionnés. Même avec un bon nombre d’années d’expérience, en tant que femme dans l’informatique, vous devez être un «couteau suisse» et en connaître assez dans tous les domaines pour prouver que vous méritez votre position, que vous devez être considérée et écoutée, et que avez votre place à la table. Pour y parvenir, j’ai dû passer de longues heures à être présente lors de l’installation d’équipements et de logiciels, à m’intéresser à tout ce qui se passait autour de moi et à me tenir au courant des nouveautés pour être toujours à la pointe. Heureusement, je suis passionnée par mon travail. L’informatique est un mystère pour beaucoup de gens, un peu comme l’électricité, tant qu’elle fonctionne on ne la voit pas, mais quand ce n’est plus le cas on a une crise majeure. Je crois que j’ai un avantage dans ces situations, car les femmes sont plus à même de simplifier une situation dans un langage que d’autres peuvent comprendre, ce qui nous permet de communiquer avec le personnel non IT de façon claire et compréhensible. Maggie Neale, Professeure à l’Université Stanford, explique dans ses cours, que pour réussir dans des rôles de management, les femmes cachent leur quotient émotionnel et n’utilisent que leur QI. Je crois que ça a été le cas pour un grand nombre de femmes de ma génération. Malheureusement, cela nous a donné l’image d’être froides et inaccessibles à première vue. Je pense toutefois que les choses changent dans le bon sens.»

Que faites-vous pour encourager la diversité et les femmes au sein de votre organisation?

Je suis à l’EHL depuis trois ans et pendant ce temps, j’ai triplé le nombre de femmes dans le département IT, en particulier dans les postes de business analysts et de chefs de projet. Comme je l’ai dit plus tôt au sujet de notre avantage en matière de communication, les femmes excellent dans ce genre de rôle en raison de leur capacité à traduire le langage informatique en langage normal. En tant que mère, je comprends la pression qui pèse sur les femmes et les hommes d’être performants au travail et de s’occuper d’une famille. Pour préserver un équilibre entre leur vie professionnelle et privée, une grande majorité de mes collaborateurs, hommes et femmes, travaillent à temps partiel, ce qui leur permet de passer plus de temps avec leur famille. L’EHL offre également la possibilité aux employés de travailler un jour par semaine à domicile et mes collaborateurs en profitent régulièrement, ainsi que des nombreux autres avantages de travailler dans cette institution. J’ai cependant encore beaucoup de mal à trouver des candidates pour les postes plus techniques. Tous mes collègues du service informatique sont évalués chaque année et nous en profitons pour faire le point sur leur parcours professionnel. Je coache les collaborateurs qui sont intéressés à progresser dans l’organisation et j’encourage les femmes à assumer des rôles de leadership. Je pense que le fait d’être la première femme à siéger au comité de direction de l’EHL en 125 ans d’histoire donne aux autres femmes de l’organisation un modèle à suivre.

A votre avis, pourquoi les initiatives pour promouvoir les femmes dans le domaine IT ne rencontrent-elles que peu de succès?

L’informatique a toujours été un environnement dominé par les hommes et beaucoup de femmes trouvent cela intimidant. Dans le passé, on n’encourageait pas les femmes aux premiers stades de leurs études à faire des études en mathématiques ou techniques, si bien que le nombre de femmes sortant de l’université avec un diplôme technique était limité, réduisant ainsi le nombre de professionnelles disponibles. Au début, les emplois dans l’IT englobaient tous les domaines. Vous deviez être capable d’installer des machines, d’écrire du code et d’analyser les problèmes. Aujourd’hui, vu la complexité de l’informatique, les rôles ont été séparés en différents domaines permettant aux femmes qui n’ont pas un profil technique d’avoir un pied dans la porte. Cela a encouragé un plus grand nombre de femmes à s’intéresser à l’informatique, ce qui a permis d’augmenter le nombre d’employées potentielles. Mais cela prend du temps, vous pouvez promouvoir un emploi, mais s’il n’y a pas de candidates sur le marché avec les compétences requises, vous ne pouvez pas réussir.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes désireuses de faire carrière dans l’IT?

Je suis et j’ai toujours été passionnée par mon métier. Les femmes doivent comprendre qu’aujourd’hui, l’informatique ne consiste pas seulement à installer des machines ou à écrire du code, mais qu’il y a de nombreuses autres facettes à explorer, en particulier avec la rapidité de l’évolution des technologies. Cette richesse d’opportunités ne disparaîtra pas et les femmes ont un rôle majeur à jouer. Elles doivent obtenir le bon diplôme universitaire pour s’ouvrir à ces opportunités, décider ce qu’elles veulent faire de leur carrière et ensuite se lancer. Les choses peuvent parfois être difficiles, mais il ne faudrait jamais se décourager. Il y a de plus en plus de modèles féminins dont elles peuvent s’inspirer.

Le monde du travail se transforme, y compris dans le domaine IT. Ces changements vont-ils créer de nouvelles opportunités pour les femmes?

Aujourd’hui, tout le monde est impliqué d’une manière ou d’une autre dans la technologie et on ne peut pas vivre sans. La technologie évolue à un rythme si rapide que de nouveaux métiers IT apparaissent presque chaque année. Ces emplois ouvriront encore plus de rôles pour les femmes où elles pourront utiliser à leur avantage leurs qualités uniques telles que la communication, la créativité, etc. Pour vous donner quelques exemples: dans le monde de l’IA, pour qu’un assistant personnel virtuel fonctionne correctement, l’un des rôles les plus importants est celui du linguiste qui analyse la façon dont les questions sont posées et comment y répondre. L’expérience utilisateur (UX) est un élément très important dans le succès des logiciels aujourd’hui. Les femmes peuvent utiliser leurs compétences en design et leur créativité dans ce domaine. L’évolution de l’environnement de travail aidera également les femmes, car nous pourrons travailler depuis n’importe quel endroit dans le monde tout en faisant partie d’une équipe virtuelle. Nous serons capables de gérer notre temps pour répondre aux autres aspects de notre vie. Cette souplesse permettra aux femmes de poursuivre leur carrière tout en continuant d’être considérées pour une promotion, même si elles veulent avoir une famille. Les femmes n’auront plus à choisir. Ce changement ne peut être que bénéfique pour tous.

Tags
Webcode
DPF8_116291