PUBLIREPORTAGE numérisation

Numérisation: «Lost in Transformation»?

| mise à jour
par Florian Koeppli, Country Manager Switzerland, Nutanix

Tout le monde parle de numérisation et de transformation numérique. Dans la discussion, seul l'objectif semble faire l’unanimité: un nouveau genre d'activité commerciale, dans laquelle l'information numérique est à la fois la matière première et le combustible de la plus haute importance. À l’inverse de ce qui valait jusqu’alors, le numérique vient en premier et la matière en second. Toutefois, c’est la définition du meilleur chemin à suivre pour y parvenir qui se révèle être plus compliquée que l’objectif en lui-même. Et comme toujours dans la vie, la première étape s'avère être la plus difficile. De nombreuses entreprises suisses en font actuellement l'expérience et se sentent «lost in transformation».

Florian Koeppli, Country Manager Switzerland, Nutanix (Source: Nutanix)
Florian Koeppli, Country Manager Switzerland, Nutanix (Source: Nutanix)

La question cruciale est donc : où doit commencer la transformation numérique dans une entreprise? La meilleure réponse: au niveau de l'infrastructure.

l'étude IDC

L'informatique à la croisée des chemins

Une nouvelle ère a commencé pour les responsables informatiques et leurs équipes. Avec la numérisation, l'informatique devient enfin stratégique et les DSI et leurs organisations deviennent un facteur important dans la compétitivité future des entreprises. Les projets informatiques et la numérisation figurent plus souvent qu’avant sur la liste des priorités des PDG, juste après la croissance et le profit. Ces perspectives sont-elles prometteuses pour les DSI? Comme souvent, la réponse commence par ces mots: «Oui, mais...».

En 2018, BearingPoint, société de conseil et de technologie, a publié un rapport à cet égard sur l'état de la numérisation en Suisse. Par rapport à l'année précédente, les entreprises estiment que le niveau de maturité de leur transformation numérique est effectivement plus élevé. En réalité, les progrès n’ont été que graduels. Les domaines primordiaux pour le succès restent sous-développés et les perspectives de succès sont donc incertaines. Même les postes nouvellement créés de Directeurs du Numérique (CDO) ne changeront pas cette situation à eux seuls. En effet, il ne suffit pas de définir les responsabilités de la mise en œuvre au niveau de la direction pour parvenir à son contrôle complet.

Elle dépend plutôt de la coopération entre les services spécialisés et l'informatique. Selon un sondage McKinsey, au moins 80 % des personnes interrogées l’envisagent ainsi. Pourtant, malgré l'importance de plus en plus stratégique de l'informatique, seules 12 % des personnes interrogées jugent efficace leur rôle au sein de la direction dans le cadre de la transformation numérique à l'échelle de l'entreprise. 43 % des directeurs de divisions supposent même que leurs collègues de l’informatique peuvent être remplacés en grande partie, sinon complètement, par des fournisseurs tiers.

Pourtant, au lieu de devenir un facteur concurrentiel décisif dans l'économie numérique émergente, l'informatique en Suisse s'avère être un frein à la croissance, selon BearingPoint. Elle tente de rattraper les exigences d'aujourd'hui et de demain avec des silos technologiques et des architectures rigides d'hier. Il en résulte des retards sur des projets poussent les utilisateurs vers le cloud public, en dépit des coûts et des incertitudes en matière de sécurité. Cela ne fait aucun doute : l'informatique est à la croisée des chemins. Soit elle mène la transformation numérique dans les entreprises suisses, soit elle sombre dans l'insignifiance. Mais quel chemin est le bon?

Les centres de calculs suisses entre deux mondes

Le voyage vers l'avenir numérique commence avec la numérisation du centre de calcul. L'infrastructure des entreprises suisses doit devenir aussi efficace, rapide et flexible que le cloud public, mais également tout aussi économique afin que l'informatique puisse remplir son rôle stratégique. Ce rôle consiste à se concentrer pleinement sur le développement et la mise en place des applications et des services qui soutiennent l'activité et permettent des modèles commerciaux innovants. C'est exactement ce qu'il faut pour offrir aux utilisateurs la flexibilité, la rapidité et le confort auxquelles ils sont habitués dans le cloud public et le commerce en ligne. Ces objectifs ne peuvent être atteints avec un centre de calcul classique et ses architectures 3-tier, indépendamment du fait que les entreprises se concentrent déjà sur les clients et services du point de vue processus et structures. Par conséquent, le voyage de numérisation de l'ancien vers le nouveau monde doit commencer dans le centre de calcul et au niveau de l'infrastructure.

Le cloud dans le centre de données

Les entreprises suisses ont besoin de l'Enterprise Cloud de Nutanix pour éviter de se retrouver coincées entre les mondes du passé analogique et du futur numérique. Grâce au pilotage logicielle et à l'automatisation basée sur une infrastructure hyper-convergente (HCI), le temps nécessaire à l'administration informatique peut être considérablement réduit. Cela permet de dégager du temps qui est nécessaire pour les tâches stratégiques et de réduire considérablement les coûts de l'infrastructure informatique. Il en résulte un time-to-market accéléré, comme c'est déjà le cas dans le cloud public aujourd'hui, mais à un coût total de possession (TCO) inférieur. Tels sont les principaux avantages de la mise en œuvre de Nutanix, que la société d'études de marché IDC a étudiés en détail et publiés dans un rapport en août 2017.

Nutanix apporte le cloud aux entreprises suisses. Les services informatiques disposent ainsi non seulement du temps nécessaire, mais aussi des compétences techniques requises pour se concentrer entièrement sur l'entreprise et mettre en œuvre les idées et les souhaits du business et de la direction. Ceci de manière flexible, rapide et fiable. La numérisation du centre de données ouvre la voie à la numérisation des entreprises et de leurs modèles commerciaux.

534 % de retour sur investissement en cinq ans, des amortissements en 7 mois seulement, 97 % de pannes en moins et 60 % d'efficacité informatique en plus: les résultats de l'étude IDC sur les implémentations Nutanix peuvent être téléchargés ici.

Webcode
ZcZfVZ4q