Cybersécurité transparente

Kaspersky déménage en Suisse le cœur de son infrastructure et l’assemblage de ses logiciels

| mise à jour

Kaspersky Lab a annoncé l’ouverture d’un datacenter en Suisse d’ici fin 2019. L’entreprise de cybersécurité russe va aussi transférer à Zurich sa chaîne d’assemblage de logiciels.

Eugene Kaspersky, CEO de Kaspersky Lab, au WEF de Davos en 2015. (Source: World Economic Forum/CC BY-NC-SA 2.0)
Eugene Kaspersky, CEO de Kaspersky Lab, au WEF de Davos en 2015. (Source: World Economic Forum/CC BY-NC-SA 2.0)

C’est officiel: Kaspersky Lab va ouvrir un datacenter en Suisse. Une annonce qui vient confirmer les informations relayées par Reuters au début du printemps. D’ici à la fin de 2019, l’entreprise de cybersécurité va effectivement transférer le cœur de son infrastructure actuellement en Russie vers un datacenter à Zurich. Kaspersky y stockera et y traitera des données clients pour la plupart des régions du monde, dont l’Europe et l’Amérique du Nord. Les données en question concernent les informations communiquées volontairement par les utilisateurs au système cloud Kaspersky Security Network (KSN), qui traite automatiquement des données liées aux cybermenaces.

Développement de logiciels également en Suisse

Les activités de Kaspersky en Suisse ne vont pas se restreindre au stockage et au traitement de données. D’ici à la fin de 2018, l’éditeur russe va également transférer à Zurich sa chaîne d’assemblage de logiciels. Produits et bases de données seront désormais assemblés et signés numériquement en Suisse, avant d’être diffusés vers les utilisateurs dans le monde entier. «Ce transfert garantira la validation des nouveaux logiciels assemblés par un organisme indépendant, démontrant que les versions et mises à jour reçues par les clients correspondent bien au code source fourni pour l’audit», explique Kaspersky.

Premier centre de transparence

Soupçonné d’espionnage par certains Etats (USA notamment), Kaspersky a réagi en mettant en place une Global Transparency Initiative et planifié la création de trois centres de transparence. La Suisse abritera le premier d’entre eux, qui devrait ouvrir cette année. Ce centre mettra le code source des logiciels et les mises à jour de Kaspersky à la disposition de tout responsable souhaitant l’examiner, explique la société. Eugene Kaspersky, CEO de Kaspersky Lab, commente: «Dans un secteur en mutation rapide comme le nôtre, nous devons nous adapter à l’évolution des besoins de nos clients, parties prenantes et partenaires. La transparence fait partie de ces attentes, c’est pourquoi nous avons décidé de revoir notre infrastructure et de transférer nos sites de traitement de données en Suisse.»

Webcode
DPF8_92380