Transaction d’obligations

Lombard Odier réalise avec succès une première transaction basée sur la blockchain

| mise à jour

Lombard Odier Investment Manager a mené avec succès sa première transaction basée sur la technologie blockchain, dans le cadre d’un processus de transaction d’obligations acquises auprès de Solidum Partners.

(Source: Pexels.com)
(Source: Pexels.com)

Filiale de la banque privée genevois Lombard Odier dévolue à la gestion d'actifs, Lombard Odier Investment Manager (IM) a mené avec succès sa première transaction basée sur la technologie blockchain. Plus exactement un processus de transaction d’obligations pour risque de catastrophes acquises auprès de Solidum Partners, groupe de conseil en investissement spécialisée dans les titres assurantiels (ILS). Solidum a initialement émis les obligations à des participants invités, en utilisant une blockchain privée. Selon Solidum, cette émission d’une valeur de 15 millions de dollars est la première de ce genre à reposer sur cette technologie.

Portfolio Manager au sein de l’équipe Insurance Linked Strategies chez Lombard Odier IM, Simon Vuille met en avant les économies permises par la blockchain dans ce contexte, aussi bien en termes de coûts que de délais: «La technologie a atténué le risque de contrepartie et accéléré ce qui aurait été un processus de règlement en partie manuel, réduisant à quelques secondes ce qui prend normalement quelques jours.» CTO de Lombard Odier IM, Stéphane Rey se dit satisfait de l’expérience, expliquant que cette première transaction a permis d’en apprendre davantage sur l'utilisation de la blockchain, mais aussi sur les aspects plus pratiques qui devaient être traités, «notamment les aspects légaux et de conformité».

Webcode
DPF8_75028