Center for Digital Trust

L’EPFL crée un centre pour la «confiance numérique» avec des partenaires privés

| mise à jour

L’EPFL annonce la création du Center for Digital Trust, une plateforme regroupant plusieurs laboratoires de l’école et des partenaires privés, avec l’objectif de développer des solutions dans les domaines de la cybersécurité et de la protection des données.

Le professeur Jean-Pierre Hubaux présente le Center for Digital Trust, dont il est le directeur académique. (source: Twitter, @EPFLevents)
Le professeur Jean-Pierre Hubaux présente le Center for Digital Trust, dont il est le directeur académique. (source: Twitter, @EPFLevents)

A l’occasion d’une journée dédiée à la cybersécurité qui se tient sur son campus en présence du Conseiller fédéral Guy Parmelin, l’EPFL annonce la création du Center for Digital Trust (C4DT). La plateforme a pour vocation de devenir un pôle de référence en matière de sécurité informatique et de protection des données. «La digitalisation est souvent comparée à une grande vague qui déferle sur le monde. Le monde a besoin de repères pour apprendre à la surfer en toute confiance», justifie Martin Vetterli, président de l’EPFL.

Intégrant 24 laboratoires de diverses facultés et s’appuyant sur leurs compétences en matière de cybersécurité, de cryptographie, de hardware ou encore de blockchain, le nouveau centre développera des «solutions de confiance» génériques open source dans trois domaines: la sécurité des données contre le piratage, la transparence sur la distribution et le stockage des données, et la protection des données personnelles, notamment médicales et financières. L’EPFL annonce également la création de deux chaires dédiées à ces domaines et l’engagement prochain d’un directeur exécutif pour le C4DT.

Les défis sont tels qu’il serait illusoire de penser pouvoir les résoudre sans une approche résolument transversale.

Huit partenaires institutionnels et industriels

Afin de développer des solutions correspondant à des problèmes concrets et à des besoins réels, mais aussi de stimuler leur adoption, le Center for Digital Trust s’associe à huit partenaires: le Comité international de la Croix-Rouge, le CHUV, et les sociétés ELCA, SICPA, Swisscom, Swissquote, SGS et SwissRe. «C’est un véritable écosystème, ouvert sur le monde. Les défis sont tels qu’il serait illusoire de penser pouvoir les résoudre sans une approche résolument transversale», explique le professeur Jean-Pierre Hubaux, directeur académique du Centre .

Pour l’heure le C4DT fonctionne comme une plateforme virtuelle sans infrastructure propre, mais cela pourrait changer pour accueillir des chercheurs, les collaborateurs détachés des organisations partenaires ou encore des start-up, ajoute Jean-Pierre Hubaux.

Ce nouveau partenariat public-privé positionne la Suisse comme un acteur clef de la cybersécurité et de la confiance digitale dont le monde a besoin.

Financement public-privé

Outre le soutien financier des partenaires institutionnels et privés, le C4DT profite de la décision du Parlement de limiter les restrictions budgétaires dans le domaine de la formation et de la recherche, explique l’EPFL.

L’arrivée de nouveaux partenaires est par ailleurs souhaitée. «Ce nouveau partenariat public-privé positionne la Suisse comme un acteur clef de la cybersécurité et de la confiance digitale dont le monde a besoin. Nous appelons toutes les entreprises et institutions intéressées à la rejoindre» , commente le Conseiller d’Etat Pierre Maudet, actuel Président de la Conférence des Chefs de Département de l’Economie publique de Suisse occidentale.

Tags
Webcode
DPF8_74100