Manifeste digital

Syndicom réclame une formation numérique continue

| mise à jour

Syndicom a rédigé un manifeste numérique avec quinze revendications. Le syndicat s'exprime notamment en faveur d'une formation numérique continue et contre les pratiques de certaines plateformes, sans citer explicitement Uber.

Giorgio Pardini (à gauche) de syndicom a présenté les quinze revendications pour "une transformation numérique réussie de la Suisse". (Source: syndicom)
Giorgio Pardini (à gauche) de syndicom a présenté les quinze revendications pour "une transformation numérique réussie de la Suisse". (Source: syndicom)

Syndicom se lance dans le partenariat social 4.0. Et pour faire valoir ses revendications, le syndicat a rédigé le «Manifeste pour une Suisse numérique avec responsabilité sociale». Ce document contient les propositions de solution «pour réagir aux défis de la numérisation suffisamment tôt et de manière appropriée.» Il est aussi une réponse au «Manifeste digital pour la Suisse» rédigé entre le Conseil fédéral et cinquante personnalités suisses du numérique, dévoilé en novembre dernier. Par ailleurs, le syndicat annonce aussi qu'il se servira de son document lors des négociations sur le renouvellement de la convention collective de travail avec Swisscom.

Parmi les quinze revendications, le syndicat privilégie le droit à la formation. Il demande ainsi davantage d'investissement dans l'apprentissage et le perfectionnement au sein des entreprises, mais également de la part de la Confédération et des cantons. Selon Giorgio Pardini, membre du comité directeur de syndicom, l'apprentissage au digital est «une clé pour surmonter les enjeux de la numérisation». De manière très concrète, le responsable concède que la formation et le perfectionnement professionnels chez Swisscom sont de bonne qualité, mais peuvent encore être améliorés.

Sans citer Uber, Syndicom explique aussi vouloir combattre fermement la tendance à reporter les risques entrepreneuriaux sur les salariés. Selon le syndicat, les opérateurs de plateformes numériques qui mettent en relation des clients potentiels avec des prestataires potentiels, «doivent garantir le paiement des cotisations sociales et des impôts». A ce titre, l’organisme demande qu’un label de qualité destiné aux plateformes numériques soit mis en place.

Enfin, le syndicat souhaite que les fonds des caisses de pension limitent leurs investissements dans les hedge funds, et favorisent la constitution d'un fonds commun destiné aux innovations et aux start-up.

Webcode
DPF8_26086