Transformation numérique

L’avenir numérique est à votre porte

| mise à jour
par Nicolas Fulpius, Chief Digitalization Officer, Swisscom Enterprise Customers.

La transformation numérique est le mot à la mode. Celui-ci évoque en même temps Uber et AirBnB, qui ont chamboulé un pan entier de l’économie. À force d’être mises en avant, ces entreprises finissent par désintéresser les lecteurs. La numérisation n’a rien de nouveau et toutes les entreprises qui réussissent à modeler l’avenir numérique ne seront pas disruptives. Pourtant, celui qui abordera la chaîne de création de valeur dans un angle numérique et s’y mettra à présent fera partie des gagnants.

Nicolas Fulpius est Chief Digitalization Officer au sein de Swisscom Enterprise Customers. (Quelle: Swisscom )
Nicolas Fulpius est Chief Digitalization Officer au sein de Swisscom Enterprise Customers. (Quelle: Swisscom )

La numérisation a connu plusieurs vagues. Lors de la première vague, les ordinateurs personnels ont fait leur entrée dans les salons et les bureaux, tandis que les systèmes ERP pilotaient la production dans les entreprises. Lors de la deuxième vague, Internet connaissait l’ère dotcom au milieu des années 90. Google, Yahoo et Amazon étaient alors en plein essor. En 2007, la commercialisation du premier iphone a complètement bouleversé le comportement des utilisateurs. Les fabricants d’appareils comme Apple ou Samsung sont devenus des acteurs de poids.

Entretemps, la troisième vague ne laissera aucun pan de l’économie et de la société indemne. En quoi consiste la nouveauté? Nombre de technologies comme l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, la réalité virtuelle ou la robotique commencent tout juste à mûrir et arrivent presque en même temps sur le marché. Les composants comme les capteurs sont devenus abordables au point de développer massivement un potentiel disruptif inédit pour tous les secteurs. La numérisation est en effet d’une grande simplicité. Elle offre en effet d’innombrables possibilités pour utiliser ces nouvelles technologies dans la chaîne de création de valeur: dans le mode de travail, dans la redéfinition des processus commerciaux, d’autres expériences client ou encore de modèles commerciaux totalement inédits.

La route qui conduit à l’univers numérique n’a pas de raccourci
Pourquoi faudrait-il que cela concerne précisément les acteurs américains qui ont fait leur temps, comme Uber & Co? La numérisation est d’ailleurs une réussite tout près de nous. Prenons par exemple Ikea. De la planification jusqu’au service après- vente, le fabricant de meubles propose des offres à composante numérique et adaptées aux besoins des clients, y compris le catalogue en réalité virtuelle et l’assistante virtuelle «Demande à Anna». Outre-Atlantique, la conférence TechCrunch Disrupt a présenté début mai des thèmes qui sont une véritable source d’inspiration. Viv, un service d’assistance vocale à base d’intelligence artificielle, inventé par les concepteurs de Siri. Viv répond sans peine, y compris à des questions complexes. Viv est connecté à différents services Internet et passe une com- mande après avoir entendu «J’aimerais une pizza au thon», vire de l’argent sur le compte d’un ami, réserve des vols sur un avion ou envoie des fleurs à la personne aimée, à la Saint-Valentin. Ce qui semble relever de la science fiction est une réalité depuis quelque temps déjà et arrivera bientôt en Suisse. Qu’en sera-t-il du fleuriste du coin ou du supermarché du quartier lorsque de telles plate-formes leur apporteront des ventes?

Chaque entreprise doit se demander comment les chances de la numérisation peuvent être intégrées dans son propre modèle commercial. Ce qui importe pour l’heure, c’est de porter un regard critique sur ses chaînes de création de valeur dans une optique numérique. Croire ne pas être concerné par la numérisation serait une négligence. Il importe de se lancer sans plus tarder. La numérisation est une tâche ardue et il n’existe aucun raccourci sur la voie de l’avenir numérique. Les entreprises s’y mettent progressivement:

1. La numérisation est du ressort de la direction
La numérisation doit faire partie de la stratégie d’entreprise et doit ainsi prendre la place la plus élevée dans la hiérarchie de l’entreprise. Il s’agit de décider ici quelles composantes de l’entreprise se prêtent à la transformation numérique, ce qui doit être numérisé et avec quelle priorité. Il ne s’agit pas d’une considération ponctuelle, mais plutôt d’établir un parcours de transformation global au sein de l’entreprise.

2. Orchestration de la numérisation
La transformation numérique a la capacité de chambouler complètement une entreprise. Celui qui souhaite jouer en première ligne crée une équipe dédiée rendant compte directe- ment à la direction. Le Chief Digital Officer orchestre toute les activités et mesures et pilote le bolide avec détermination. Après l’analyse des processus métier, il convient de déterminer quels secteurs de l’entreprise peuvent et doivent être numérisés. Quelles sont les technologies qui conviennent? Capteurs, beacons, nouvelle plate-formes, solutions pour le cloud, robotique et réalité augmentée – la palette est extrêmement vaste.

3. La mine d’or des données
En utilisant intelligemment ses propres données à l’aide des technologies dites «big data», il est possible de tirer des enseignements pertinents pour les décisions à partir d’informations diversement structurées. Il y a trois à cinq ans, tout ceci était réservé aux grands acteurs technologiques. La sécurité des données doit avoir la priorité maximum mais cela ne doit pas dissuader de mette en place de nouvelles technologies. Les experts en sécurité informatique apportent leurs conseils et leur assistance pour la réalisation.

4. Co-création: quatre yeux valent mieux que deux
Les entreprises souhaitant réussir la numérisation de leurs processus d’affaires profitent de l’implication en amont des clients et des partenaires. Elles utilisent peut-être déjà des processus numériques pour lesquels des interfaces peuvent être créées. Elles peuvent également apporter l’idée de génie sur la création de valeur ajoutée dans l’écosystème.

5. Encourager les compétences numériques
La numérisation transformera durablement et profondément le profil attendu des collaborateurs. Seules les entreprises ayant prévu suffisamment tôt de sensibiliser leurs collaborateurs et de les accompagner dans la voie de la transformation resteront compétitives. Il faudra également repenser le système de di- rection. L’agilité et l’action sont de mise, notamment dans les secteurs d’entreprise connaissant une adaptation rapide et flexible aux changements techniques.

Les deux à trois prochaines années seront décisives pour savoir si la Suisse restera l’une des premières grandes économies après l’avenue de l’ère numérique. Les investissements technologiques ne sont plus un obstacle – les prix des capteurs, de la communication de données et des infrastructures informatiques ont énormément baissé. Il sera nécessaire d’expérimenter, de sortir des sentiers battus et d’aborder la transformation dans tous les domaines pour en tirer le meilleur avantage pour l’entreprise.

Tags
Webcode
8995

Kommentare

« Plus