Interview

Thomas Allemann, hotelleriesuisse: «L’hôtellerie a tout pour tirer son épingle du jeu»

| mise à jour

Thomas Allemann, membre de la direction d’hotelleriesuisse, donne son point de vue sur la nouvelle forme de concurrence que représente pour le secteur les plateformes digitales comme Airbnb.

Thomas Allemann, est membre de la direction, Responsable des Membres, de l'association faîtière hotelleriesuisse. (Quelle: hotelleriesuisse)
Thomas Allemann, est membre de la direction, Responsable des Membres, de l'association faîtière hotelleriesuisse. (Quelle: hotelleriesuisse)

Les disputeurs comme Airbnb sont-ils une réelle menace pour les hôtels suisses?

Je ne dirais pas que ces services sont à considérer comme une menace. Simplement comme une nouvelle forme de concurrence, qui pourrait s’avérer bénéfique pour le secteur, notamment en stimulant l’innovation digitale. Il n’a pas fallu attendre Airbnb pour voir les hôtels lutter contre différents types de concurrence, dont celle déjà ancienne des locations de logement privés et, plus récemment, l’émergence des agences de voyage en ligne telles que Booking.com, Expedia ou HRS. Les disputeurs dont vous parlez ont, il est vrai, créé un contexte inédit en popularisant les locations de logements privés en zones urbaines.

Comment doit réagir l’industrie hôtelière face à cette nouvelle concurrence?

Notamment en s’adaptant plus rapidement à l’ère numérique et aux nouvelles demandes des consommateurs. L’adoption des nouvelles technologies va à coup sûr s’accélérer, une fois que les générations plus à l’aise avec ces outils seront davantage représentés aux plus hautes fonctions. Il ne fait aucun doute que l’hôtellerie et la parahôtellerie ont tout intérêt à s’inspirer des modèles d’affaires des services de ladite «sharing economy» et des innovations qu’ils apportent. Ils existent encore tant de challenges informatiques à relever. Trop d’hôtels en Suisse n’ont pas encore de site web suffisamment ergonomique ou de système de réservation en ligne user-friendly. Les agences et prestataires TIC peuvent aider les hôtels sur bien des points, également en matière de récolte et d’analyse de données. L’incroyable quantité de données clients dont les hôtels disposent est un avantage concurrentiel précieux en vue d’offrir des services réellement personnalisés. L’industrie a tout pour tirer son épingle du jeu, car elle connaît les habitudes des clients comme personne!

Est-ce une bonne chose de voir des hôtels poster des annonces sur Airbnb?

Le plus important aujourd’hui est de clarifier les régulations, pour que tous les prestataires et fournisseurs – commerciaux ou non – qui passent par ces services se plient aux mêmes obligations légales, fiscales, etc. Ceci dit, j’encourage les hôtels à utiliser ces plateformes. Les hôtels peuvent tirer profit du large éventail de services pour lesquels ils n’ont plus à faire leur preuve. En proposant des chambres ou des logements de vacances sur Airbnb, pourquoi pas, mais aussi des tables sur Bookatable.com. La même logique prévaut pour les prestations de ménage ou encore de wellness. Et d’un autre côté, les hôtels ont aussi l’opportunité de centraliser tous ces services via leur propre application. Jouer sur les deux tableaux peut être tout à fait bénéfique au secteur.

Webcode
6919

Kommentare

« Plus