Cybersanté

Espoirs et craintes des hôpitaux suisses face à la digitalisation

| mise à jour

Les hôpitaux suisses attendent de la digitalisation une optimisation des processus et une meilleure prise en charge des patients. Les craintes cyber-sécuritaires étant l’obstacle principal pour mener à bien des projets de cybersanté.

(Source: igor / Fotolia.com)
(Source: igor / Fotolia.com)

Mandaté par Swisscom, le cabinet MSM Research a publié une étude donnant un aperçu des attentes et enjeux de la transformation digitale des établissements de santé en Suisse. Menée début 2017 auprès de 44 hôpitaux, cliniques et hospices, l’enquête indique que le secteur à bien conscience que les développements en matière de cybersanté vont au-delà du déploiement d’un dossier électronique du patient.

Les attentes en matière de cybersanté

D’une part, les établissements de santé helvétiques attendent des technologies numériques qu’elles optimisent les processus. Dans l’espoir, notamment, d’alléger le fardeau administratif. Mais aussi d’améliorer la communication et la transparence, à la fois au niveau des traitements des données commerciales et des informations concernant les patients. D’autre part, l’étude souligne que pour les prestataires de soins interrogés, la cybersanté doit aussi viser à améliorer la prise en charge des patients. Par exemple, en permettant de prodiguer des traitements plus rapidement et de façon plus ciblée.

Hôpitaux, cliniques et hospices estiment en outre que la mise en réseau permise par les technologies digitales offrent des perspectives prometteuses. Aussi bien en termes d’allégement des processus que de l’amélioration des services aux patients. Cette mise en réseau est déjà une réalité avec certaines parties prenantes externes, essentiellement avec les assureurs. En moindre mesure avec d’autres établissements de santé et les laboratoires. Tandis qu’une interconnexion avec les cabinets de médecins, les cantons, les thérapeutes et les pharmacies reste minoritaire au sein du système hospitalier suisse.

Crainte sécuritaire

Pour que les objectifs d’optimisation puissent être atteints, de nombreux obstacles restent encore à surmonter. L’étude de MSM Research évoque en effet de nombreux freins potentiels. De nature juridique, politique, socioculturelle ou encore organisationnelle. Et bien sûr technologique: les sondés citent les risques cyber-sécuritaires comme le principal frein au développement des projets de cybersanté. Sans oublier d'autres obstacles majeurs comme les coûts d'une telle transformation, ainsi que des retours sur investissement peu prévisibles.

 

 

 

Webcode
DPF8_72007