Licences SAP

La facturation des accès indirects de SAP fait sa révolution

| mise à jour

Un nouveau modèle de facturation de SAP ne comptabilise plus les accès indirects par nombre d’utilisateurs, mais en fonction des documents créés dans son ERP via ce type de connexions. Les groupes d'utilisateurs SAP sont plutôt satisfaits.

Le nouveau modèle de licence de SAP clarifie la tarification des accès indirects à son ERP via des applications tierces, des clients finaux, des terminaux IoT ou encore des bots. (Source: SAP)
Le nouveau modèle de licence de SAP clarifie la tarification des accès indirects à son ERP via des applications tierces, des clients finaux, des terminaux IoT ou encore des bots. (Source: SAP)

SAP a dévoilé un nouveau modèle de facturation, qui distingue les utilisations directes et indirectes de sa suite ERP. Les accès directs continueront à être facturés en se basant sur le nombre d’utilisateurs. En revanche, les accès digitaux, c’est-à-dire indirectes, ne seront désormais plus facturés au nombre d’utilisateurs mais uniquement en fonction du volume de transactions/documents créés dans ce contexte au sein du système de SAP.

Une définition plus claire des accès indirects facturés ou non

L’éditeur considère comme accès indirects les utilisateurs ou appareils se servant de l’ERP via des solutions intermédiaires, telles qu’un front-end non signé SAP, un logiciel customisé ou toute autre application tierce. SAP compte aussi comme accès indirects ceux émanant de bots et d'autres systèmes automatisés.

Dans une vidéo explicative (voir ci-dessous), SAP donne l’exemple d’une imprimante connectée, dont le niveau d’encre est bas et qui envoie un signal vers l’ERP, lequel va générer automatiquement un document de commande de cartouches d’encre. Dans ce cas, SAP ne va facturer que la création de ce document au sein de l’ERP. Les documents qui y seront ensuite associés (factures, documents de livraison, etc.) ne seront pas facturés.

Avec son nouveau modèle, l’éditeur allemand va donc facturer uniquement la création du document initial dans son ERP. En outre, les lectures, mises à jour et suppressions de documents n’engendreront pas de coûts additionnels. Les clients existants peuvent choisir de conserver une tarification basée sur le modèle actuel ou passer au nouveau modèle de tarification basé sur les documents.

A noter qu’en parallèle au nouveau modèle de facturation, SAP procède à une «séparation claire» des départements de vente de licences de ceux en charge des procédures d'audit et de conformité.

Une adaptation espérée depuis longtemps

La nouvelle politique de facturation de SAP pour les accès indirects répond à une demande formulée de longue date par les utilisateurs et les groupes qui défendent leurs intérêts. Un premier pas vers ce type de modèle avait été franchi par SAP il y a près d’un an, avec l’introduction d’une tarification basée sur le volume de commandes pour les scénarios Procure-to-Pay et Order-to-Cash de l’ERP de SAP. Le nouveau modèle annoncé aujourd’hui concerne les accès indirects de façon généralisée. Une initiative bien accueillie par le DSAG (groupe d'utilisateurs SAP germanophones), dont le vice-président du conseil d'administration Andreas Oczko déclare: «Avec ce modèle innovant, SAP a franchi une étape importante pour regagner la confiance de ses clients.» Le DSAG souligne toutefois que le nouveau modèle de tarification doit encore faire ses preuves dans la réalité.

L’USF, l’association des utilisateurs SAP francophones (qui vient de lancer une Commission en Suisse romande) accueille avec intérêt la volonté affichée de SAP de mettre à disposition de ses clients un modèle de licence plus clair et plus transparent. Le débat est toutefois loin d’être clos selon Gianmaria Perancin, Président de l’USF, qui déclare: «Si ce nouveau modèle de licence présente l’avantage d’une clarification pour les nouveaux clients SAP, il ne répond cependant pas aux problématiques des clients existants, déjà confrontés à des «accès indirects» non prévus dans leur contrat.» L’USF fait sur ce point remarquer qu’il est indispensable que les clients puissent choisir leur modèle librement et évaluer le nouveau modèle avant de l’adopter en toute confiance et sans surprise: SAP devrait mettre en place les instruments nécessaires pour que les clients puissent effectuer leur analyse.

Webcode
DPF8_87770