Introduction

Top 100: Un secteur IT en transformation

| mise à jour

Les fournisseurs IT romands ont vu leurs effectifs progresser de 5% en moyenne l’an dernier. Si les conditions économiques pour 2017 sont favorables, le secteur IT s’apprête à subir de grands bouleversements liés aux changementstechnologiques et aux nouvelles priorités IT des entreprises.

Comme chaque année, notre enquête auprès des fournisseurs IT romands permet de prendre le pouls du secteur, avec un accent particulier sur l’emploi. A cet égard, notre classement Top100, qui hiérarchise les entreprises en fonction de leurs effectifs en Suisse romande, connaît peu de changements. Les cinq plus gros employeurs IT de la région sont les mêmes que l’an dernier, mais blue-infinity se rapproche d’IBM à qui il pourrait bien voler la deuxième place l’an prochain.

Bien qu’un fournisseur IT sur cinq ait réduit son personnel en 2016, les entreprises sondées ont vu leurs effectifs augmenter de 5% en moyenne sur un an. Le spécialiste de la location de services Qim info (8e), le spécialiste SAP TeamWork Management (14e) et le groupe éditeur de logiciels T2i (15e) affichent les plus fortes progressions de personnel. Enfin, et de manière encore plus forte que les autres années, les cantons de Vaud et de Genève concentrent la plupart des collaborateurs de sociétés IT, signe que beaucoup de société les utilisent comme bases pour la livraisons de solutions et services dans l’ensemble de la Suisse romande.

Climat économique positif

Le contexte économique actuel est relativement positif. Selon le baromètre de l’institut KOF (EPFZ), la situation des affaires et la confiance des entreprises suisses se sont améliorées ces derniers mois dans de nombreux secteurs, comme l’industrie de transformation, le bâtiment, le commerce de détail, le commerce de gros, l’hôtellerie, les assureurs et les banques.

Dans le secteur ICT, le climat des affaires s’est stabilisé même s’il n’a pas retrouvé son niveau de 2011. Les sociétés IT sondées dans notre enquête sont elles aussi optimistes. Un tiers d’entre elles estime que ses revenus vont progresser d’au moins 10% en 2017. Et la même proportion anticipe une augmentation des effectifs.

Transformation des besoins et des compétences

Ces évolutions moyennes générales des sociétés du secteur IT ne sauraient cependant occulter les bouleversements profonds qui agitent la branche. Dans le cadre de ce que l’on nomme communément la «transformation numérique», l’informatique revêt un rôle toujours plus stratégique dans les entreprises et étend ses champs d’application, notamment dans le marketing et la production industrielle. Les entreprises migrent vers le cloud, développent davantage d’apps pour leur clientèle, expérimentent des solutions big data voire d’intelligence artificielle, et cherchent de nouveaux types de partenaires à même de les accompagner dans ce chemin.

Ces développements sont bien identifiés par les fournisseurs IT sondés dans notre enquête. Pour y répondre, ils doivent bien souvent changer leur fusil d’épaule et développer de nouvelles compétences. En 2016, le secteur IT a ainsi vécu de nombreuses acquisitions tant chez les acteurs globaux que locaux qui témoignent de ces bouleversements.

Vers une guerre des talents

Beaucoup de ces acquisitions, et en particulier celles de start-up, ont pour but de s’adjoindre des compétences rares dans les domaines de pointe. Dans le même esprit, on assiste aussi à une multiplication des collaborations entre fournisseurs établis et jeunes pousses. Plus généralement, le besoin en informaticiens grandit et le recrutement sera de plus en plus compétitif tant chez les prestataires IT que chez leurs clients. Si bien que les experts anticipent une pénurie de talents à l'horizon 2024, en particulier chez les développeurs.

Offrir un cadre de travail stimulant et former en continu les spécialistes IT pour intégrer de nouvelles compétences, voilà désormais un enjeu stratégique.

Webcode
DPF8_17451