(Cyber)guerre

Premier cas de frappe aérienne en riposte à une cyberattaque

| mise à jour

Les forces de défense israéliennes ont riposté à une cyberattaque en bombardant le quartier général des cyberagents du Hamas. Jamais un gouvernement n’aurait auparavant utilisé ses forces armées en riposte à une cyberattaque.

(Source: Domaine public)
(Source: Domaine public)

Le weekend dernier, alors que le conflit israélo-palestinien connaissait une nouvelle escalade de violences, une frappe aérienne de l’armée israélienne aurait marqué une première historique. Auparavant, jamais un gouvernement n’avait annoncé publiquement avoir utilisé ses forces armées en riposte à une cyberattaque.

Sur Twitter, les forces de défense israéliennes ont en effet communiqué avoir déjoué une tentative de cyber offensive du Hamas contre des cibles israéliennes. Et d’ajouter: «Après le succès de notre opération de cyberdéfense, nous avons ciblé un bâtiment où travaillent les cyber-agents du Hamas. HamasCyberHQ.exe a été supprimé.»

 

«Je m'attends à ce que ce genre de chose se produise davantage - non pas contre les grands pays, mais par les grands pays contre les petites puissances. Sinon, les cyberattaques auraient trop tendance à mettre les Etats sur un pied d'égalité», a commenté l’expert en cybersécurité Bruce Schneier (dont nous avons récemment publié une interview).

Chercheurs en sécurité et experts en conflits internationaux s’accordent à dire que ce n'était qu'une question de temps avant qu'un pays ne lance une attaque physique contre des cyberpirates ennemis, rapporte notamment le média spécialisé Wired. Jusqu’ici, les liens entre conflits armés et cyberattaques se sont traduits par des opérations de pirates informatiques soutenues par des Etats, par exemple par la Russie dans le cadre de sa guerre contre l'Ukraine.

 

Webcode
DPF8_137774