Un smartphone avec un hyperviseur pré-installé

| mise à jour
par Jean Elyan / LeMondeInformatique.fr

Verizon Wireless doit annoncer cette semaine un système double usage développé en partenariat avec VMware, suivant ainsi de près AT&T pour proposer une solution séparant les usages privés et professionnels sur les téléphones mobiles.

Le système double usage de Verizon sera compatible avec plusieurs systèmes d'exploitation mobiles et viendra compléter l'offre Private Applications Store for Business, annoncée lundi par l'opérateur. «Ainsi combinées, ces solutions apporteront aux entreprises plus d'options pour sécuriser les applications et les données utilisées par leurs salariés», a déclaré Janet Schijns, vice-présidente du Business Solutions Group de Verizon.

Les systèmes double usage gagnent lentement du terrain, mais devraient se retrouver propulsés au-devant de la scène cette semaine, alors que toute l'industrie du mobile américain est rassemblée à l'occasion du salon CTIA Enterprise & Applications de San Diego. A la fin de l'année dernière, VMware avait déjà mis à profit son expertise dans la virtualisation d'entreprise pour annoncer avec LG un hyperviseur mobile, issu du rachat d'un éditeur grenoblois. Lundi, AT&T a annoncé un service appelé Toggle, basé sur la technologie d'Enterproid, qui doit mettre en route avant la fin de l'année une solution double usage sur des appareils mobiles exécutant la version 2.2 et ultérieure du système Android de Google. Cette solution proposant un système double usage unique pourrait obliger les entreprises à porter leurs applications existantes vers un autre OS ou à les adapter pour pouvoir travailler avec le système du périphérique. «Dans l'offre de Verizon, on trouvera aussi des boutiques d'applications privées accessibles depuis tout OS mobile, quel que soit l'opérateur», a expliqué Janet Schijns.

Le Private Applications Store for Business permet aux entreprises de créer des boutiques d'applications adaptées aux terminaux utilisés par leurs employés ou leurs partenaires, et paramétrables selon les privilèges et les besoins spécifiques de chaque département et de leurs utilisateurs. «Celles-ci peuvent accueillir des applications développées en interne et en externe, avec possibilité pour les administrateurs informatiques de retirer les applications de la boutique en ligne ou de les rendre inaccessibles à un terminal d'utilisateur particulier si nécessaire», a ajouté la responsable de Verizon. «Chaque entreprise pourra communiquer à ses utilisateurs un code d'accès à la boutique sous forme de lien vers un site protégé par mot passe», a-t-elle déclaré.

Les utilisateurs, quel que soit leur opérateur, pourront accéder à la boutique et y trouver des applications pour tous les OS en un seul endroit. «Cette compatibilité tous opérateurs est nécessaire dans les entreprises qui permettent à leurs salariés d'utiliser leur terminal personnel pour leurs besoins professionnels, et dont les opérateurs ont de forte change d'être différents», a-t-elle expliqué. «Si vous souhaitez vraiment donner le choix, vous devez être en mesure d'accepter tout opérateur et tout système d'exploitation mobile», a indiqué la vice-présidente, qui souhaitait marquer une différence claire avec le rival AT&T.

Proposer plus de services que la simple messagerie

Comme l'a fait savoir Verizon, la solution Private Applications Store for Business sera publiquement dévoilée au CTIA, avec un lancement commercial prévu plus tard cette année. «Une boutique d'applications en ligne coutera un peu moins de 5 dollars par utilisateur et par mois», a encore précisé Janet Schijns. Selon Christian Kane, analyste pour Forrester Research, les opérateurs et les vendeurs de logiciels tiers essayent de réfléchir à la manière dont les entreprises vont contrôler les appareils mobiles de leurs employés, alors qu'elles songent sérieusement à développer et à acheter des applications de productivité mobiles. «Cela va devenir une priorité beaucoup plus forte pour les entreprises en 2012», a déclaré l'analyste. «Les entreprises ont d'abord permis à leurs salariés de consulter leurs mails et de conserver leurs contacts professionnels sur leurs propres terminaux. Mais, pour aller au-delà, ils ont besoin d'un meilleur système de contrôle», a ajouté Christian Kane. Pendant ce temps, certaines applications développées pour le grand public, comme le logiciel de prise de notes Evernote, sont utilisées par les salariés, peut-être hors du contrôle de l'entreprise.

www.LeMondeInformatique.fr

 

Kommentare

« Plus