Workstation 10

16 cœurs pour le nouvel hyperviseur de VMware

| mise à jour
par Serge Leblal / Lemondeinformatique.fr

En même temps que Fusion 6 pour Mac, VMware a dévoilé la version 10 de Workstation, son hyperviseur pour PC et tablettes Windows.

Array (Quelle: stock.xchng)
Array (Quelle: stock.xchng)

Les dernières versions de VMware Workstation n'étaient pas radicalement différentes les unes des autres, et Workstation 10 ne fait pas exception à cette règle. Mais certaines innovations combleront toutefois les utilisateurs, comme les développeurs qui se concentrent sur tablettes Windows 8 et les entreprises qui cherchent à exercer plus de contrôle sur les machines virtuelles déployées pour les salariés contractuels.

Une des raisons qui pourraient pousser les entreprises à envisager un passage à Workstation 10 est le support matériel des capteurs de la tablette Surface Pro de Microsoft. Si vous utilisez Workstation 10 sur une Surface Pro, les données issues de l'accéléromètre, du gyroscope, de la boussole, et du capteur de lumière ambiante peuvent être transmises à une machine virtuelle Windows 8. Cela permet, par exemple, de tester Windows 8.1 sur une tablette Windows 8 et ce avec les fonctions clefs de la tablette sur la VM. Ce support est toutefois actuellement limité à la Surface Pro.

16 cœurs par processeur virtuel

La plupart des autres modifications reflètent les évolutions de la plate-forme matérielle sur laquelle reposent les PC de bureau. Chaque VM peut désormais prendre en charge jusqu'à 16 processeurs virtuels et 16 cœurs par CPU virtuel, jusqu'à 64 Go de RAM et un espace de stockage d'une taille maximale 8 To. Il est également possible de configurer jusqu'à 20 réseaux virtuels au sein d'une instance unique de Workstation, et de se connecter directement à un SSD via un tunnel. La disponibilité des fonctionnalités spécifiques est bien sûr limitée par les caractéristiques de la machine physique. Il n'est, pas exemple, pas possible d'émuler plus de processeurs ou de cœurs que ceux réellement disponibles.

Workstation 9 avait introduit la possibilité de chiffrer une machine virtuelle pour empêcher des personnes non autorisées de l'utiliser. Mais il est nécessaire de d'abord créer la VM avant de la chiffrer, ce qui peut être assez fastidieux en fonction de la quantité de mémoire allouée à la machine virtuelle. Bien que le système de chiffrement ne fonctionne pas vraiment différemment dans Workstation 10, les VM cryptées peuvent maintenant être configurées pour expirer après une certaine date ou une certaine heure. Des messages d'avertissement peuvent être configurés pour s'afficher un certain nombre de jours avant l'expiration de la VM. Ces fonctions sont particulièrement utiles avec les VM attribuées à des prestataires et dans un certain nombre d'autres scénarios - tests logiciels ou restriction des VM publiques.

Meilleur support des SSD

La manipulation des périphériques USB a également été améliorée. Les VM fonctionnent mieux avec les contrôleurs USB 3.0 sur la machine hôte pour les opérations de copie de fichiers depuis un disque USB. WorkStation 10 reconnaît également mieux les SSD, ce qui signifie que toutes les machines virtuelles qui utilisent des unités flash en mode connexion directe sauront que le dispositif est un SSD et se comporteront en conséquence. Le système d'exploitation invité pourra ainsi désactiver la défragmentation de fichiers pour éviter de faire travailler inutilement le SSD. Si Workstation 10 est plus une évolution qu'une révolutionnaire, il ajoute quelques fonctionnalités bien pensées.

www.LeMondeInformatique.fr

Kommentare

« Plus